Le propriétaire du forum 8chan a indiqué que le site serait bientôt de nouveau en ligne. Il avait été mis en pause après un attentat, dont l'auteur avait publié un manifeste haineux sur 8chan.

8chan va-t-il faire son grand retour seulement un mois après avoir été mis hors-ligne ? C’est en tout cas ce qu’affirme son propriétaire, Jim Watkins. Le site avait été fermé après un attentat début août, car les hébergeurs ne voulaient pas accueillir le forum décrit comme un « cloaque de haine ». L’auteur de l’attaque à El Paso avait publié un manifeste raciste sur la plateforme. Jim Watkins a fait savoir à The Verge ce jeudi 5 septembre qu’il rouvrirait normalement dans les prochains jours.

Il a coopéré avec le département de la sécurité intérieure américain en lui fournissant des informations sur le terroriste d’El Paso. Son avocat, Me Benjamin Barr, a fait savoir qu’il voulait remettre le site en ligne la semaine prochaine environ.

8chan
Le logo de 8chan // Source : 8chan

Jim Watkins aurait assuré que le site était «  volontairement hors-ligne » pour le moment. Il compte le rouvrir en y ayant intégré de nouveaux outils pour éviter les contenus qui sont en violation avec la loi américaine. Il n’a pas souhaité préciser pour le moment quels seraient ces outils. Il aurait évoqué, selon The Verge, un mode « lecture seule » en cas d’urgence, comme par exemple lorsqu’un manifeste problématique est publié ou un « mode restreint » qui rende le site temporairement inaccessible même sur Tor.

Faut-il supprimer 8chan ?

Cloudfare, une entreprise spécialisée dans la fourniture de services aux sites Web, avait coupé les ponts avec 8chan le 5 août dernier. Dans un billet de blog, Matthew Prince, le directeur général de l’entreprise, avait expliqué qu’il ne souhaitait plus être le complice d’un site sur lequel des internautes se radicalisent. C’est sur le forum que plusieurs auteurs d’attentats ont publié leurs manifestes ces derniers mois. Le dernier en date est survenu le 3 août à El Paso, au Texas. Un homme a tué 20 personnes et en a blessé 26 autres. Il avait publié une tribune sur 8chan dans laquelle il tenait des propos racistes, haineux et complotistes et précisait qu’il comptait passer à l’acte. Deux autres auteurs de fusillade, à Christchurch et Poway, s’étaient radicalisés sur le site et y ont publié des textes haineux avant de commettre un attentat.

« 8chan a prouvé qu’il ne respecte pas les lois et que l’anarchie a causé de multiples morts tragiques », avait écrit Matthew Prince. « Même si 8chan n’a peut-être pas enfreint la loi en refusant de modérer sa communauté haineuse, il a créé un environnement qui se réjouit de violer son esprit », a-t-il poursuivi. Pour Cloudfare, cette décision n’avait pas été simple à prendre, notamment parce que les lois aux États-Unis sont très protectrices vis-à-vis de la liberté d’expression.

Après l’annonce de Cloudfare, 8chan aurait pu être hébergé ailleurs. L’alternative trouvée alors avait cependant échoué. Plusieurs partenaires successifs (BitMitigate, Epik puis Voxility) ont lâché leur nouvel hôte, sous la pression des signalements effectués sur les réseaux sociaux.

Pour Jim Watkins, un Américain qui vit aux Philippines, il n’y a pas de raison de supprimer 8chan. Il ne s’agirait, selon lui, que d’un intermédiaire, un outil. Seuls les responsables des attentats seraient à mettre en cause. Les autorités, de leur côté, ne sont pas forcément pour le bannissement de sites comme 8chan. Pour eux, un site bien identifié est aussi un site que l’on peut surveiller ou sur lequel on peut trouver les preuves de certains délits ou crimes.

Partager sur les réseaux sociaux