Amazon est revenu en arrière concernant ses boutiques sans paiement en liquide. Celle de New York est finalement équipée d'une machine pour payer en pièces ou billets.

Vous vous souvenez des Amazon Go, ces boutiques du futur sans caissiers ni paiement en liquide ? Deux ans environ après l’ouverture de la première du genre, Amazon en change petit à petit certains concepts fondamentaux. Comme le raconte Gizmodo dans un article du 7 mai, il est désormais possible de payer en liquide dans le Amazon Go de New York… comme dans un supermarché classique.

Un magasin sans cash (enfin, si, en fait)

Le premier Amazon Go a été ouvert au public en 2017. La promesse était celle d’un magasin sans caisse ni bornes de paiement et liquide.

Pour réaliser des achats dans les magasins physique Amazon Go, il suffit de prendre ce que l’on souhaite dans les rayons. Des caméras et des capteurs suivent vos mouvements, et facturent chaque produit. Pour payer ses courses, il faut scanner une application, qui permet à Amazon de prélever l’argent directement sur votre compte.

Mais Amazon est un peu revenu sur ce principe. Dans son premier magasin sans cash de New York, l’entreprise accepte en effet les paiements en liquide.

Cela fait suite aux demandes de certains clients, qui estimaient que le paiement par smartphone était discriminatoire. Tout le monde n’a en effet pas un smartphone performant, ou même un compte en banque. Hasard ou non, en mai 2018, Amazon avait d’ailleurs présenté un projet destiné aux jeunes, pour qu’ils puissent se passer de banque.

Pour le moment, le magasin semble en revanche toujours fonctionner sans caissiers.

Les achats dématérialisés

Après Seattle, une dizaine de boutiques Amazon Go avaient ouvert partout dans le monde. Il n’en existe pas encore en France, mais on trouve une boutique similaire à Paris, du groupe Casino, que nous avions testé en octobre dernier.

Pour Amazon comme d’autres grands groupes, dématérialiser les achats est un défi. Les boutiques restent encore très peu nombreuses dans le monde. Elles ne sont pas encore destinées au grand public : celle que nous avions essayée par exemple, visait clairement une clientèle urbaine et Premium, au vu des prix des produits. Il n’y avait pas de promotion et beaucoup de produits plutôt haut de gamme.

L’entrée du supermarché sans caisses. // Source : Nelly Lesage pour Numerama

Si les marques comptent là-dessus, c’est parce qu’elles pourraient y gagner beaucoup d’argent. Avec une application pour seul moyen de paiement, il est facile de remplir son caddie sans vraiment se rendre compte que l’on a dépensé. Le même effet était induit par les boutons d’achats Dash, développés par Amazon.

Il suffisait de cliquer dessus pour qu’une commande de papier toilette, croquettes pour chat ou préservatifs soit lancée. Amazon les a finalement abandonnés en mars 2019. Un mois plus tôt, ils étaient déclarés illégaux en Allemagne, où la justice estimait que les clients n’étaient pas suffisamment bien informés lors de leur achat. On se demande du coup ce qu’il est advenu des collectionneurs de bouton Dash.

Partager sur les réseaux sociaux