Valve a enfin mis son Index dans les mains des médias. Loin d'être révolutionnaire, ce nouveau casque de réalité virtuelle a plutôt été une source de déception pour certains testeurs.

Lorsque Valve a officialisé son nouveau casque de réalité virtuelle Index, les attentes étaient grandes. Alors que la VR peine à convaincre les consommateurs, comment la firme de Gabe Newell pourrait-elle changer la donne ? Certaines personnes, comme Sam Machkovech de Ars Technica ou Ben Lang de Road to VR, ont eu la chance d’essayer le casque pour découvrir la réponse. Malheureusement, leurs tests publiés le 30 avril ont fait l’effet d’une douche froide : le Valve Index ne sera pas à l’origine d’un grand changement dans le monde de la réalité virtuelle.

Le Valve Index // Source : Steam

La révolution se fait attendre

L’article d’Ars Technica reflète la déception ressentie lors du test : « Si vous aviez commencé à rêver grand, il est temps de revoir ces rêves à la baisse. » À l’usage, l’Index montre en effet les mêmes faiblesses que la plupart des casques du même genre. On trouve notamment toujours un câble relié au PC qui promet d’être particulièrement gênant lorsque l’utilisateur se déplace. Selon Sam Machkovech, le confort d’utilisation ne s’est pas amélioré : « L’Index n’est pas particulièrement plus léger que les autres casques (…) et j’ai ressenti un peu de chaleur pendant le test. »

Le Valve Index et ses manettes. // Source : Valve/Road To VR

Les deux écrans LCD de l’Index ont l’avantage d’atteindre les 120 Hz contre 90 Hz pour le HTC Vive. Un taux de rafraîchissement salué par les testeurs qui permet des mouvements plus fluides, et la seule nouveauté véritablement intéressante du casque. On notera également le champ de vision étendue à 130 degrés, même si Ben Lang trouve ce changement anecdotique : « Le champ de vision est sans aucun doute plus large que sur le Vive, mais la différence ne m’a pas beaucoup marquée. »

Des promesses qui manquent de réalisme

Les critiques des testeurs sont également liées à des promesses trop ambitieuses de la part de Valve. Selon Ars Technica, la firme avait annoncé que les écrans LCD de sa machine étaient « suffisamment efficaces pour éliminer l’effet de grille  », c’est-à-dire la visibilité des lignes de séparation entre les pixels. Le studio promettait également « avoir résolu le problème du flou de mouvement. » Si le Valve Index a bien réussi à rendre ces deux effets moins gênants, Sam Machkovech les a bien ressentis durant son test et considère ces déclarations « très exagérées. »

Les manettes du Valve Index. // Source : Steam

Les nouvelles manettes disponibles avec l’Index ne viennent pas non plus révolutionner le genre. Valve a eu l’idée de rajouter une « dragonne » différente qui permet de garder la machine en main sans la serrer entre ses doigts en permanence. Un ajout utile en théorie, mais pas assez efficace selon Machkovech : « L’étoffe me rappelle en permanence que j’ai quelque chose en main. C’est confortable, mais pas assez pour me faire croire que mes mains sont libres. » La nouveauté est donc présente, mais Valve est loin de proposer un système capable d’éclipser tous les autres.

Des innovations rares au prix fort

Selon les testeurs, le Valve Index est un bon casque et un meilleur produit que le HTC Vive (et heureusement puisque trois ans les séparent), mais il n’est pas révolutionnaire. La machine n’apporte pas d’innovation majeure et souffre des mêmes défauts que beaucoup de casques.

Le prix du Valve Index semble donc très élevé vu ses capacités : 1 079 euros pour le kit incluant le casque, deux contrôleurs et deux stations de base. Ceux possédant déjà un HTC Vive peuvent acheter le Valve Index individuellement pour 539 euros. Il est déjà disponible en précommande sur Steam ou sur le site de Valve et sera livré le 31 juillet 2019 en France.

Partager sur les réseaux sociaux