Snapchat a déposé un étrange brevet dont l'intitulé et le descriptif font comprendre que l'entreprise cherche un moyen d'identifier les émotions des membres d'un selfie de groupe.

Snapchat a déposé un brevet n° 10061977B1 intitulé Déterminer les émotions d’un groupe. C’est Business Insider qui a remarqué ce dépôt le 28 août 2018 et l’a aussitôt décortiqué. Il ne s’agit ni plus ni moins… d’analyser vos émotions et d’essayer de les rentabiliser.

Selfie // Source : Lubos Houska

Vendre des sentiments par le selfie

Les ambitions de la technologie gardée par ce brevet sont plutôt claires. D’après le document, il s’agit d’une méthode pour déterminer les émotions d’un groupe. Pour cela, l’usage de la reconnaissance faciale sera requise afin d’identifier l’émotion exprimée.

Cette méthode n’est pas destinée à servir de manière isolée lorsque vous vous prenez en selfie tout seul dans la salle de bain, bien évidemment.

Si elle est bien faite pour analyser les émotions d’un groupe (et seulement un groupe) et les noter de 0 à 5, ça serait dans le contexte spécifique d’un événement, lui-même identifié grâce aux données de géolocalisation. Le document fournit plusieurs schémas et graphiques explicitant le système de notation des émotions via les selfies ou les messages.

Schéma explicatifs tirés du brevet // Source : Snapchat

Pourquoi déterminer l’émotion d’un groupe se prenant en selfie ? Pour revendre les données aux organisateurs d’événement. On peut aisément imaginer un organisateur payer l’application afin qu’elle se livre à l’analyse de tous les snaps envoyés durant l’événement. Que vous soyez heureux ou dégoûtés, la donnée pourrait être vendue à un tiers par Snapchat. Cette idée est glissée à plusieurs reprises tout au long du document en faisant référence à « l’hôte » ou le « promoteur » d’un événement.

Cependant, comme le relève Business Insider, il n’est pas dit que cette technologie parvienne à faire son chemin jusque dans l’application elle-même. Si son usage reste encore indéterminé, le brevet demeure déposé. Affaire à surveiller.

Partager sur les réseaux sociaux