La France a remporté la deuxième étoile de son histoire en battant la Croatie en finale de la Coupe du monde. Les algorithmes prédictifs avaient-ils raison ?

La Coupe du monde 2018 est désormais terminée et, pour les Bleus de Didier Deschamps, et la France entière, elle s’est conclue par un épilogue heureux. S’ils faisaient partie des favoris pour plusieurs observateurs, les Français n’avaient pas nécessairement les faveurs des algorithmes pensés pour prédire des résultats à partir de multiples simulations et statistiques.

On peut donc affirmer sans trop de mal que l’Équipe de France a globalement défié les pronostics et ces engins sophistiqués, poussée par la jeunesse de son effectif, au cours d’une compétition n’ayant pas manqué de surprises.

Coupe du monde. FIFA

L’Allemagne était globalement gagnante

Créé par la FIFA, l’Observatoire du football CIES, qui fait appel à un algorithme et un indice de pouvoir (« Cet indice combine le pourcentage moyen des rencontres de Championnat disputées depuis le 1er juillet 2017 par les 23 joueurs les plus utilisés par une sélection » selon l’Équipe), n’avait placé la France que troisième derrière l’Espagne et le Brésil au rang des vainqueurs potentiels.

Goldman Sachs

L’algorithme de Goldman Sachs avait prédit la victoire de l’Allemagne face au Brésil et une élimination des Bleus au stade des demi-finales (face à la Seleção de Neymar). La Croatie ? Elle n’avait même pas passé la phase de groupes… Faux.

Du côté de la banque suisse UBS, la National Mannschaft était également donnée gagnante à 24 %, devant le Brésil (19,8 %) et l’Espagne (16,1 %). La France, pour sa part, n’apparaissait qu’à la cinquième position d’un classement dans lequel se trouvait… l’Italie (qui n’a pas participé au Mondial). Faux.

Simulation Coupe du monde 2018 par FIFA. EA Sports

EA Sports, studio de jeux vidéo se cachant derrière la franchise FIFA, avait vu juste en donnant la France victorieuse. Dans sa simulation, la sélection emmenée par Didier Deschamps remportait la finale non pas face à la Croatie, mais à l’Allemagne (1-1, 4-3 aux tirs au but). On notera que FIFA a presque réalisé un sans-faute concernant le parcours de la France en plaçant, dans l’ordre, l’Argentine, l’Uruguay puis la Belgique sur le chemin jusqu’au Graal. Dans ses prévisions, la Croatie était néanmoins éliminée en quart de finale face à l’Espagne (éjectée par la Russie lors des huitièmes dans la vraie vie). Vrai à 50 %.

Le site talkSPORT y était également allé de ses prédictions, utilisant son Super Computer et partageant ses résultats le 20 juin 2018. Après avoir battu la France en demi-finale, le Brésil a obtenu son sacre face à l’Espagne. Encore faux

En bref, aucun logiciel n’a eu tout bon. Contrairement à « l’Oracle » des forums de jeuxvideo.com pouvant se targuer d’avoir fait un 100 % sur les phases finales.

Partager sur les réseaux sociaux