La Coupe du Monde de football, trop mainstream ? L'année prochaine, optez pour le championnat du monde de Microsoft Office.

Parfois, la veille journalistique estivale nous amène dans des contrées reculées, aux frontières du web et du réel. Cet article publié par le magazine américain CNN en est un parfait exemple : dans un portrait tout ce qu’il y a de plus classique dans la forme, nos confrères américains présentent le nouveau champion du monde d’Excel. On découvre alors, en creusant, qu’il existe un véritable championnat du monde de Microsoft Office et que le gagnant du côté des tableurs, Kevin Dimaculangan est un adolescent de 15 ans.

Champion du monde ! ! ! !

Ce championnat du monde n’ajoute pas d’étoile sur un maillot, mais il n’est pas moins sérieux que la Coupe du Monde. Organisé par une entreprise dont le business, pas anodin, est de donner des certifications sur des logiciels ou des systèmes d’exploitation. Certiport, c’est son nom, propose en effet des cours et des accompagnements individuels en vue de décrocher une sorte de brevet attestant de votre maîtrise parfaite d’un outil informatique. C’est l’équivalent des 5 étoiles à « Suite Office » sur votre CV, mais donné par un organisme qui a pignon sur rue et dont l’avis est (apparemment) valorisé par les entreprises.

Microsoft Excel // Source : Microsoft

Dans le jargon, un MOS, pour Microsoft Office Specialist, est une personne qui a « démontré sa capacité à maîtriser toutes les caractéristiques et les fonctionnalités de Microsoft Office, la préparant à toutes les opportunités académiques ou entrepreneuriales ». Mais ce n’est pas cette ligne sur un CV qui pousse un adolescent comme Kevin à se lancer dans la maîtrise de Microsoft Excel, à 13 ans et des poussières. À CNN, il confie que le logiciel est devenu une passion quand il avait 14 ans — pas inintéressée, dans la mesure où un de ses professeurs offrait des cadeaux aux meilleurs étudiants. Rapidement, il s’est découvert des compétences hors du commun, passant les fameuses certifications (basique et expert) avec un score parfait de 1 000 points sur 1 000.

Champion de tableur

C’est avec cette confiance fraîchement gagnée que Kevin s’est engagé sur la voie de la Coupe du Monde de Microsoft Office. D’après le site officiel de la compétition, il ne s’agit pas d’un exercice comparable à une certification, mais d’un projet à réaliser. En pratique, l’organisateur fournit un fichier image en haute définition présentant un tableur ou un document et les adversaires des étapes finales doivent les reproduire dans le logiciel en suivant des lignes directrices, en moins de 50 minutes pour la finale.

Les participants aux étapes finales, au nombre de 152 issus de 51 pays, ont été choisis parmi 760 000 participants âgés entre 13 et 22 ans. Ils ont tous le choix entre la version 2013 ou la version 2016 d’Excel pour prouver leurs compétences — même si, d’après Kevin, l’apprentissage d’Excel est un savoir fermé, dans la mesure où on peut tout savoir très rapidement.

Un exercice marketing

Le promoteur de l’événement récompense les meilleurs étudiants avec de l’argent et des médailles, mais en profite également pour donner de la visibilité à ses solutions. Si l’on parcourt le site de Certiport, on s’aperçoit qu’il existe aussi un championnat du monde de maîtrise de la suite Adobe ou d’Autodesk. Bref, des événements qui entrent dans une logique marketing : les personnes qui s’affrontent doivent passer les poules en se certifiant (gratuitement) par un exercice proposé par Certiport.

Crédit photo de la une : MOS

Partager sur les réseaux sociaux