La firme sud-coréenne et la filiale de Google installeront leurs centres de recherche sur l'intelligence artificielle à Paris. De quoi conforter les plans d'Emmanuel Macron qui veut faire de la recherche sur l'IA l’une des priorités de son quinquennat.

La ville lumière serait-elle devenue the place to be pour les centres de recherche sur l’intelligence artificielle ? Cela en a tout l’air, à en juger les arrivées prochaines de Samsung et Deepmind à Paris.

Le troisième plus grand centre de recherche de Samsung

Deux nouvelles annoncées par Emmanuel Macron lui-même, sur son compte Twitter et dans la langue de Shakespeare. D’abord, le mercredi 28 mars, où le président de la République a annoncé en grande pompe le débarquement imminent de Samsung. Le géant sud-coréen a choisi d’installer son nouveau centre de recherche en intelligence artificielle en région parisienne.

Dès lors, il s’agira du troisième plus grand centre de recherche de la firme dans le monde, et devrait compter plus d’une centaine de chercheurs. Il sera dirigé par le Français Luc Julia, cofondateur de la start-up Siri avant son rachat par Apple, depuis passé chez Samsung. Jusqu’ici, Samsung ne disposait en France que d’un petit centre de recherche d’une quinzaine d’employés.

DeepMind lui emboîte le pas

Aujourd’hui, on apprend que DeepMind, filiale spécialisée de Google dans l’apprentissage automatique, ouvrira son premier laboratoire parisien en septembre prochain. La société est notamment connue pour son logiciel AlphaGo, un programme informatique capable de jouer au jeu de go et qui a battu de nombreux champions.

L’équipe parisienne de Deepmind comptera une quinzaine de chercheurs et posera ses valises et ordinateurs dans les locaux parisiens de sa maison mère, non loin de la gare Saint-Lazare. À sa tête, le français Rémi Muno, docteur en sciences cognitives et anciennement professeur à Polytechnique. Parmi ses recrues, Cordelia Schmid, experte en vision par ordinateur et auréolée en 2016 du prix Inria — Académie des sciences.

Deux annonces qui font inévitablement écho au rapport de Cédric Villani sur le développement français en matière d’intelligence artificielle publié mercredi 28 mars. Et qui laissent deviner les grandes lignes du plan d’Emmanuel Macron, conçu pour faire de la France un nouvel eldorado pour les centres de recherche sur l’IA.

Partager sur les réseaux sociaux