Google Maps propose une option qui permet de savoir si un trajet est accessible en fauteuil roulant. Le service se base sur les données obtenues auprès des agences de transports en commun

Les personnes en fauteuil roulant font ce constat tous les jours : se déplacer en ville relève bien souvent du parcours du combattant, faute d’un aménagement urbain à la hauteur. En principe, depuis une loi de 2005, les établissements recevant du public doivent être accessibles à tous les types de handicap. Mais il y a encore fort à faire pour ouvrir vraiment la ville aux personnes à mobilité réduite.

Heureusement, la technologie peut s’avérer d’un grand secours aux personnes en fauteuil roulant : sur Google Maps par exemple, il est possible de savoir si un lieu est accessible en fauteuil roulant mais aussi d’apporter sa contribution en complétant le service de cartographie de la firme de Mountain View, de façon à ce que l’information puisse servir à d’autres personnes dans la même situation.

L’outil concocté par le géant du net n’est certes pas l’unique solution qui existe : la carte interactive Wheelmap est une alternative très intéressante, puisqu’elle indique même le degré d’accessibilité des lieux publics, via un code couleur (vert, orange, rouge et gris) qui indique s’il y a ou non des marches et, le cas échéant, leur hauteur. Il y a toutefois beaucoup d’endroits dont le statut est inconnu.

Google Maps en fauteuil roulant

Cela étant, Google a apporté une mise à jour très prometteuse à son service : la possibilité de savoir si un trajet — et non plus seulement un lieu — est accessible en fauteuil roulant. Il suffit pour cela de définir un parcours en indiquant l’adresse de départ et celle d’arrivée, puis, dans les options de déplacement, de choisir celle dédiée aux transports en commun (qui est représentée par un train sur des rails).

Dans les options, cochez ensuite les transports que vous acceptez de prendre (bus, métro, train, tramway) et indiquez dans l’itinéraire « accessible en fauteuil roulant ». Voilà pour la théorie. En pratique, l’option n’est pas exploitable partout : il faut en effet que le trajet soit faisable en transport en commun mais aussi que Google ait accès aux données des ces transports pour pouvoir générer un trajet.

En faisant le test dans une ville de la banlieue parisienne, pour un trajet d’un peu moins de deux kilomètres (23 minutes de marche, selon Google Maps), le service n’a pas été en mesure de nous proposer une solution en transport en commun : « ces résultats peuvent être incomplets : toutes les agences de transports en commun de cette zone ne nous ont pas fourni leurs informations ».

Partager sur les réseaux sociaux