Onkyo ne veut pas proposer seulement un objet connecté avec sa G3, mais aussi une vraie enceinte avec un son travaillé. Pari réussi ?

Cela fait plusieurs mois déjà que les machins connectés envahissent notre quotidien, convoqués par un objectif commun : celui de faciliter nos habitudes avec une domotique calibrée pour. Dans un environnement Google, l’enceinte connectée Home est l’épicentre. Dans son argument connecté, elle offre la meilleure expérience utilisateur actuelle face à une concurrence qui, au mieux, rattrape son retard (Amazon), au pire, a du pain sur la planche (Apple et son HomePod).

Mais le Google Home a peut-être oublié d’être une enceinte avant tout, soit un objet apte à fournir un rendu sonore digne de ce nom et propice à ajouter un peu de chaleur acoustique à un intérieur. C’est précisément là où des produits comme la Onkyo G3 interviennent : ils sont des Google Home conçus par des marques prestigieuses de l’audio pour mettre en avant le son.

Un autre Google Home

On ne va donc pas s’attarder outre mesure sur la facette connectée de la Onkyo G3 (nous l’avons déjà fait pour le Home). Passée une configuration relativement simple via l’application Google Home disponible sur iOS et Android, l’enceinte fait exactement la même chose que l’objet du géant américain. En l’occurrence se muer en assistant de la vie de tous les jours via une intelligence artificielle toujours mieux renseignée. Demandez-lui la météo d’aujourd’hui, elle vous dira la météo d’aujourd’hui. Questionnez-là sur un sujet en particulier, elle vous fournira les informations idoines. Réclamez-lui une blague, elle vous fera peut-être rire (sic). Quémandez l’allumage d’une lampe connectée dans une pièce spécifique, et la lumière sera.

Et si jamais une question reste sans réponse, l’IA vous rappellera qu’elle en apprend encore tous les jours. Une transparence qui pourra faire froid dans le dos mais qui témoigne de l’avancée réelle de Google dans le domaine.

Un design noble

Ce faisant, si la Onkyo G3 veut justifier son existence dans les rayons, elle doit le faire par autre chose que le cœur du logiciel. Déjà, on peut aisément affirmer que le design est réussi. Pas seulement parce qu’elle ressemble à une mini-enceinte bibliothèque — donc à une enceinte — et non à un truc SF pouvant jurer parmi une déco sage. Le fait est que nous sommes bel et bien en présence d’un objet à la construction premium. Derrière un look sobre se cache l’association de matériaux nobles. Ce n’est pas du plastique cheap mais un caisson en bois qui donne du cachet en plus de rassurer sur les prestations, souligné par des patins qui accrocheront toutes les surfaces planes (et sans laisser de trace).

La grille métallique, solide, est volontairement bombée pour laisser s’exprimer les deux haut-parleurs. La G3 cherche d’abord à être un objet sonore et ses aspirations connectées sont rappelées par des points lumineux qui s’animent au gré des sollicitations vocales. En un mot comme en cent, le design se veut des plus rassurants, quand bien même on aurait voulu des touches physiques un peu plus démarquées et mieux finies (mais qui les utilisera ?).

Un (vrai) rendu sonore

À l’arrivée, la Onkyo G3 saura se faire discrète dans n’importe quelle pièce, d’autant que le constructeur, fort de son savoir-faire dans le domaine, offre le choix du noir ou du blanc concernant la finition. C’est toujours plus agréable à l’oeil. Mais la G3 veut surtout en mettre plein les oreilles. Sur ce point, on peut difficilement la prendre en défaut. Malgré un prix contenu — moins de 250 € –, l’enceinte revendique une restitution précise, maîtrisée dans la distorsion et dynamique ce qu’il faut, peu importe le genre musical dans lequel elle navigue.

À l’aise dans des petits espaces, elle peut tout aussi bien assurer sa partition dans un large salon, l’écoute à fort volume ne résultant jamais sur une sensation de grésillement désagréable, l’apanage des autres solutions plus limitées. Même en Bluetooth, l’enceinte s’en sort très bien malgré la perte de punch inhérent à l’utilisation de cette technologie de communication sans-fil depuis un iPhone.

Cette meilleure acoustique que la Google Home, la G3 la doit à sa conception typée Hi-Fi à deux voies, là où l’autre enceinte doit se contenter d’une seule. Elle le doit aussi à la renommée d’Onkyo, qui n’a pas lésiné sur les moyens pour proposer plus. Compacte mais puissante, la G3 s’inscrit dans une forme d’héritage très bienvenue pour offrir le meilleur des deux mondes, à savoir la technologie du futur de Google et le pedigree ancestral d’Onkyo. On peut même affirmer qu’il y a matière à creuser pour d’autres objets du genre amenés à associer deux savoir-faire pour faire mieux ensemble.

Vous pouvez retrouver l’Onkyo G3 à 249 € sur Materiel.net. Si la Onkyo G3 ne correspond pas à vos besoins, n’hésitez pas à consulter notre guide des enceintes connectées : vous trouverez votre bonheur sans aucun doute.

En bref

Onkyo G3

Note indicative : 4/5

Tandis que le Google Home s'affirme d'abord comme un objet connecté, la Onkyo G3 veut avant tout être une enceinte. Une précision qui change tout et qui permet à la solution d'Onkyo de faire parler ses vertus acoustiques tout en profitant des arguments phares de Google Home. C'est plus cher mais vos oreilles vous en remercieront sans trop de mal. 

Derrière un design sobre, des matériaux nobles (du bois) et une conception typée Hi-Fi, Onkyo fait parler son savoir-faire traditionnel dans l'acoustique tout en ayant un regard vers demain en intégrant l'assistant de Google. Un produit à l'arrivée sans concession, dont les limites software n'en finiront plus d'être gommées avec le temps. 

Chance : le hardware est figé, mais solide.

Top

  • La griffe Onkyo
  • Rendu sonore surprenant
  • Le design typé Hi-Fi

Bof

  • Quelques ratés dans les commandes vocales
  • Les touches physiques méritaient mieux
  • Configuration un brin laborieuse

Partager sur les réseaux sociaux