Au MWC, le constructeur chinois Xiaomi fait une première démonstration de force en Europe. Sur place, plusieurs personnes nous parlent de l'expansion de la marque. Avec un objectif : la France, probablement en avril 2018.

Xiaomi ne vend pas encore de smartphone en France, mais déjà, le constructeur est sur les lèvres de nombreux technophiles. En proposant des smartphones à un rapport qualité / prix imbattable et des innovations qui font parfois passer les marques installées pour des papis, Xiaomi sait parler aux clients. Un smartphone sous Android sans compromis existe dans leur gamme, tout comme un smartphone à moins de 200 € loin d’être inutilisable — au contraire. Bref, Xiaomi sait tout faire et compte bien exporter son savoir-faire en dehors de l’Asie.

Pour la première fois de son histoire, la marque réalise au Mobile World Congress une démonstration de force. Elle a amené à Barcelone, en Europe, toute l’étendue de son savoir-faire. Des smartphones et des ordinateurs, bien entendu, mais aussi des action cams, une box Android TV, un robot programmable, ou encore, des lampes connectées et un vidéo projecteur à courte focale. Tous les produits transpirent l’efficacité et ne lésinent pas sur le design : sur le stand du constructeur, rien ne jure, tout semble cohérent et Xiaomi n’a pas l’intention de se faire marcher dessus par les grands qui possèdent des équipes de recherche et développement monstrueuses.

Le mois d’avril 2018 pourrait être celui de l’arrivée en France de Xiaomi

En revanche, côté communication, l’équipe sur place est un peu moins rodée à l’exercice de l’apparition publique. Dans les allées, on nous explique que Xiaomi vient d’installer son premier Mi Store en Europe — dans un centre commercial juste à côté du Mobile World Congress. « En Europe, l’Espagne est le premier des deux pays où nous marchons le mieux  », nous dit-on. Et quand on surenchérit en demandant quel est le deuxième, on nous répond tout de go : « La France.  ».

 

En poursuivant la discussion, on apprend que l’arrivée de Xiaomi sur notre territoire est imminente : sur place, on nous confirme que l’équipe de communication qui se chargera des liens entre la marque et les journalistes sera mise en place en avril. Pour un lancement dans la foulée ? C’est plus que probable. Une source, d’un autre constructeur présent sur le marché français, nous confirme cette fourchette.

Nous nous empressons de trouver l’équipe des relations presse internationales de Xiaomi pour en savoir plus : mieux formée à l’exercice, elle ne souhaite pas commenter une annonce qui n’a pas été officialisée. C’est tout à fait normal. Mais les indices sont là, les informations se recoupent et le lancement de la marque en France fait de moins en moins de doute. Dans un mois, la stratégie du Chinois sera prête à se déployer — et les constructeurs low cost seront les premiers à en souffrir.

Partager sur les réseaux sociaux