Un ancien employé de Tesla, licencié en septembre 2017, accuse le géant américain de vendre intentionnellement des voitures défectueuses. Tesla dément.

Voilà une affaire qui ressemble à un vieux règlement de compte entre un ancien employé et une grosse entreprise. En effet, un certain Adam Williams accuse Tesla d’avoir vendu des voitures défectueuses à ses clients. Et s’il a été licencié par le constructeur après avoir perdu des grades, ce ne serait pas pour une question de performance mais tout simplement parce qu’il aurait osé partager cette découverte à ses supérieurs. Bien évidemment, Tesla dément formellement ces allégations en se rangeant derrière le taux de satisfaction de ses utilisateurs.

Tesla Motors / Alexis Georgeson

Tesla vendrait des voitures défectueuses

Lorsqu’il occupait le poste de manager régional dans le New Jersey, Adam Williams aurait assisté à des ventes de véhicules Tesla nécessitant des réparations coûteuses avant livraison. Pour cacher ces vices, le constructeur se dédouanait en indiquant qu’il s’agissait de voitures d’occasion, de démo ou revenant d’un prêt. Ce qui revient à dire qu’elles avait déjà été utilisées.

«  Il n’y a aucun mérite dans cette plainte. La description de Mr Williams sur la manière dont Tesla vend des véhicules d’occasion ou de prêt est totalement fausse et ne reflète pas ce que nous faisons chez Tesla  », se défend la firme. Des propos argumentés par le fait que le taux de satisfaction est très élevé parmi les clients, sinon le plus élevé du marché. Elle ajoute, «  Mr Williams a été licencié pour des raisons de performance et pour aucun autre motif  ».

Après avoir notifié sa hiérarchie sur cette pratique, le plaignant aurait été rétrogradé à deux reprises avant d’être licencié en septembre 2017. Aujourd’hui, il se range derrière le CEPA — Conscientious Employee Protection Act — pour se retourner contre Tesla. Il s’agit d’un texte du New Jersey protégeant les employés contre leur entreprise, notamment devant un refus de participer à des pratiques jugées illégales et quand ils les dénoncent.

Partager sur les réseaux sociaux