La Fédération Internationale de l'Automobile a validé le championnat Electric Production Car Series, ouvrant la porte à des courses endiablées entre voitures électriques sportives.

Ferrari sous-entendait récemment que la voiture électrique la plus rapide du monde devait être conçue par un constructeur prestigieux : comprenez, pas par Tesla. Et la firme italienne aura peut-être l’occasion de se mesurer au rival américain à la faveur du championnat Electric Production Car Series, tout juste approuvé par la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) et dans lequel des voitures électriques boostées se disputeront la première place. Le chemin est encore long, mais c’est une première étape validée et un signe qu’il y a la volonté de tendre vers le sport mécanique électrique.

Une alternative à la Formule E

Nous sommes encore loin de voir des bolides propres survitaminés se battre sur les circuits les plus prestigieux de la planète et d’une discipline adoptant la structure de la Formule 1, la catégorie reine (mais très polluante). Mais toujours est-il que la FIA n’est pas contre cette éventualité. Il faudra attendre pour plusieurs raisons : le manque de concurrence (il n’y a que Tesla pour le moment), le manque d’équipes, le manque d’organisation et le manque d’argent. Maintenant, si toutes les planètes s’alignent, on pourrait voir un jour des Tesla Roadster, des Porsche Mission E, des Ferrari électriques et autres batailler sur une piste.

Dans un premier temps, ce sont des Tesla P100D suffisamment modifiées pour atteindre les 800 chevaux qui seraient susceptibles de courir. Cela constitue un autre frein majeur : comme le souligne The Verge, qui a pu essayer un prototype, ces voitures ne sont pas pensées, à l’origine, pour disputer des courses endiablées et la batterie a tendance à trop surchauffer (et à ne pas autoriser une vitesse très élevée pendant beaucoup de tours). Il y a donc encore beaucoup à faire pour ces Electric Production Car Series qui, in fine, espèrent proposer une alternative solide à la Formule E, qui vit déjà sa quatrième saison.

Partager sur les réseaux sociaux