Apple cherche des moyens de rattraper son retard sur le terrain des intelligences artificielles. S’allier à la presse serait une piste envisageable.

Microsoft, OpenAI, Google, Meta ou encore Samsung ont déjà beaucoup investi sur le marché de l’intelligence artificielle générative, bouleversé ces derniers mois avec l’arrivée des agents conversationnels (comme ChatGPT). Sur ce terrain, Apple, malgré des moyens colossaux, apparaît à la traîne. Rien que sur le segment des assistants vocaux, Siri fait pâle figure face à Google Assistant ou Amazon Alexa. Mais la firme de Cupertino pourrait accélérer sur l’IA dans les semaines à venir, rapporte le New York Times dans un article publié le 22 décembre.

Apple, qui a reconnu l’essor de l’IA générative, se serait rapproché de plusieurs organismes de presse afin d’utiliser leurs contenus pour entraîner ses technologies d’intelligence artificielle. On parle d’un deal sur plusieurs années avec 50 millions de dollars sur la table. Des publications comme Vogue, The New Yorker, NBC News, People ou encore The Daily Beast sont citées.

Le logo de Siri, dans l'Apple Vision Pro. // Source : Apple
Le logo de Siri, dans l’Apple Vision Pro. // Source : Apple

La presse pour sauver Apple sur le marché des IA génératives ?

Apple aurait sans doute raison de se tourner vers les bases de données dont dispose la presse. Elles peuvent représenter un puits de connaissances assez fourni, susceptible de permettre à une IA de parfaire rapidement sa culture en analysant beaucoup de choses, a priori en provenance de sources fiables. Des archives offrent la possibilité de remonter très loin dans le passé tandis que des articles plus récents servent de socle pour contextualiser. Si on cherche à développer une IA à la page, c’est plutôt malin.

D’autant que la multinationale a semble-t-il ciblé des domaines assez variés : des actualités généralistes (NBC News, The New Yorker, The Daily Beast), la mode (Vogue) ou encore la presse people (People). L’échantillon manque peut-être de spécialisation, mais pour un usage orienté sur le grand public (la principale cible d’Apple), les bases seraient là.

Les organismes de presse seraient assez partagés sur cette possibilité d’un rapprochement avec Apple. Certains émettraient des réserves sur l’accès à des données sensibles (notamment d’un point de vue légal) tandis que d’autres voient d’un bon œil le fait qu’une grosse entreprise ait une approche respectueuse vis-à-vis des contenus qu’ils possèdent (ce qui n’a pas été le cas d’autres). En obtenant le droit d’exploiter des archives, Apple s’éviterait des risques judiciaires. Il ne faut pas négliger l’aspect philosophique non plus : une IA générative suffisamment puissante pourrait remplacer la presse dans certains cas. Aider à son développement serait donc comme vendre son âme au diable.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !