Mo Yan, prix Nobel de littérature en 2012, reconnaît avoir utilisé ChatGPT pour vaincre l’angoisse de la page blanche. Un aveu qui relance le débat sur la place de l’IA dans le domaine artistique.

L’intelligence artificielle est-elle bienvenue dans la littérature ? Depuis plusieurs mois, le débat s’installe. Facilitateurs de créativité pour certains, tueur d’authenticité pour d’autres, les modèles génératifs de texte bouleversent le travail des écrivains. Jusqu’alors, aucune figure artistique éminente n’a avoué avoir utilisé l’IA dans son œuvre.

Mo Yan, lauréat chinois du prix Nobel de littérature 2012 pour son roman « Le Clan du sorgho », a révélé publiquement avoir eu recours à ChatGPT pour écrire un discours. L’auteur était invité au Shanghai Dance Centre pour le 65e anniversaire de Shouhuo, un magazine chinois littéraire. Il avait pour mission d’écrire un discours en l’honneur de l’auteur Yu Hua (un écrivain originaire du Zhejiang) à l’occasion d’une remise de prix.

« Mille mots d’éloges de style shakespearien »

Bien qu’écrire un discours semble une tâche aisée pour un Nobel de littérature, Mo Yan dit avoir été victime du syndrome de la page blanche pendant plusieurs jours. Dans l’impossibilité de trouver les mots justes, il décide alors de solliciter ChatGPT pour l’aider à composer son texte. « J’ai lutté pendant plusieurs jours et je n’ai rien pu trouver. J’ai donc demandé à un étudiant en doctorat de m’aider en utilisant ChatGPT », a-t-il avoué devant ses pairs, relaye le South China Morning Post. Nos confrères affirment qu’à l’annonce, un murmure de stupéfaction s’est propagé dans la salle.

Quand l'IA s'invite dans une librairie (allégorie). // Source : Numerama avec BlueWillow
Quand l’IA s’invite dans une librairie (allégorie). // Source : Numerama avec BlueWillow

Précisément, Mo aurait fourni à ChatGPT une liste de mots clefs relatifs aux œuvres d’Yu Hua et à son parcours. L’IA a alors généré « plus de mille mots d’éloges de style shakespearien. » Un aveu qui signe une grande première de la part d’un Nobel de littérature.

L’auteur affirme toutefois n’avoir jamais eu recours à l’IA par le passé pour écrire ses romans. Appréciant le « pouvoir de l’écriture », Mo ne compte pas recourir aux modèles génératifs dans le futur. « Lorsque vous écrivez, vous êtes une personne, et lorsque vous posez le stylo, vous êtes une autre personne », insiste-t-il.

ChatGPT proscrit en Chine

En Chine, les déclarations de Mo Yan ont suscité des discussions animées, notamment sur l’application Weibo. De nombreux utilisateurs soulignent la transparence et l’ouverture d’esprit de l’auteur dans un domaine encore très fermé à l’innovation.

Un exemple de discours en l'honneur de Yu Hua (exemple avec GPT-3.5).  // Source : Capture d'écran
Un exemple de discours en l’honneur de Yu Hua (exemple avec GPT-3.5). // Source : Capture d’écran

En utilisant ChatGPT pour l’aider à écrire quelques mots de remerciement, Mo Yan est susceptible de s’exposer à des poursuites judiciaires. Pour l’heure, OpenAI n’a pas rendu accessible ChatGPT au sein de l’empire du milieu. L’utilisation du service pourrait ainsi enfreindre les conditions d’utilisation générale de l’outil. Pire encore, Mo et son doctorant pourrait avoir utilisé un VPN afin de se connecter depuis un autre pays. Or, le gouvernement chinois interdit strictement l’utilisation d’un réseau privé virtuel. Si l’infraction venait à être constatée, le Nobel de littérature et son étudiant s’exposeraient à de lourdes sanctions (une amende, voire une peine de prison dans certains cas).

Vous souhaitez rester à jour des dernières avancées en matière d’IA ? Envie de comprendre les concepts et acronymes de l’intelligence artificielle ? Vous vous demandez ce qui nous attend après ChatGPT et Midjourney ? Ne cherchez plus, notre newsletter gratuite, Artificielles, est là pour vous tenir informé(e) :

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !