En visite à Los Angeles et Las Vegas, Numerama a eu l’occasion de comparer différentes applications de cartographie. Les efforts d’Apple ont payé. Dans les villes où Apple Maps est complet, le logiciel de l’iPhone est le meilleur.

Moqué à son lancement en 2012, Apple Plans (ou Apple Maps en VO) est encore vivement contesté en 2023. La faute à des cartes trop imprécises au début, ainsi qu’à une présentation sans doute plus confuse que chez la concurrence (Google Maps, Waze…). Aujourd’hui encore, de nombreux propriétaires d’iPhone ne jurent que par Google Maps, qu’ils considèrent comme la seule option viable pour se déplacer.

Pourtant, depuis 2015, Apple multiplie les efforts pour rendre son service meilleur. Après des mois à faire le tour de France, la marque californienne a déployé ses cartes maison dans l’Hexagone en juillet 2022. Cela a grandement amélioré la qualité des informations d’Apple Plans, qui n’a plus grand-chose à envier à la concurrence au niveau de la fiabilité des routes affichées. Mais, pour changer les habitudes des utilisateurs, il va falloir du temps.

Logiquement, les États-Unis ont pris un peu d’avance. Dès 2018 en Californie (et en janvier 2020 dans le reste du pays), Apple a commencé à tester son nouvel Apple Maps. Le résultat est saisissant. À Los Angeles et à Las Vegas, les deux villes où Numerama s’est rendu à l’occasion du CES 2023, Apple Plans est de très loin la meilleure application de cartographie que nous avons essayée.

CarPlay, l'interface d'Apple sur voiture. On voit ici un stade, parfaitement modélisé.
CarPlay, l’interface d’Apple sur voiture. On voit ici un stade, parfaitement modélisé. // Source : Numerama

L’interface 3D d’Apple Plans est sublime

La France a beau avoir le nouvel Apple Plans depuis juillet 2022, elle ne dispose pas encore de l’intégralité des fonctions du service. Pour une raison qui nous dépasse, Apple a pris la décision de ne pas proposer les mêmes options dans tous les pays. Le déploiement du nouvel Apple Plans se fait en plusieurs étapes, 12 précisément, selon le site de Justin O’Beirne. Le blogueur, qui a fait d’Apple Maps sa spécialité (ses articles sur la cartographie des villes sont passionnants), Paris n’a pour l’instant accès qu’à 8 nouveautés sur 12. Une ville comme Los Angeles, où le déploiement est terminé, dispose donc d’avantages sur la France :

  • Plusieurs bâtiments importants, comme l’aéroport ou les centres commerciaux, sont modélisés de l’intérieur. On peut donc obtenir des informations de navigation, y compris en réalité augmentée, pour trouver un magasin.
  • Les horaires des transports en commun sont mis à jour en temps réel, il s’agit d’estimations à partir des données habituelles en France.
  • Les itinéraires pour les vélos sont disponibles. En France, il faut utiliser Google Maps ou des applications spéciales, comme GeoVelo.
  • La ville est modélisée en 3D, ce qui est sans doute le point le plus important.

La modélisation de la ville en 3D est ce qui rend Apple Maps si incroyable aux États-Unis. Là-bas, des centaines de bâtiments, y compris des hôtels et des parcs, sont consultables en 3D et en couleurs. En plus d’émerveiller l’utilisateur dès qu’il recherche une destination, cette fonction améliore grandement la qualité de la navigation. Là où Google Maps et Waze se contentent de bâtiments rectangulaires, Apple donne l’impression d’être dans un jeu vidéo.

Les bâtiments 3D dans Apple Maps donne de la magie à la carte. Google se contente du même affichage 2D qu'en France. // Source : Numerama
Les bâtiments 3D dans Apple Maps donnent de la magie à la carte. Google se contente du même affichage 2D qu’en France. // Source : Numerama

À Las Vegas, où tout est coloré est lumineux, c’est encore plus impressionnant. Apple Plans ne donne pas l’impression d’être une application de cartographie, mais une reconstitution 3D d’une ville. Ces bâtiments colorés s’affichent aussi lorsque l’on est dans le mode navigation, ce qui rend le suivi d’une carte bien plus simple. Ce qui apparaît à droite de l’écran est vraiment ce qu’il y a à droite de la voiture.

À Las Vegas, où tous les hôtels sont modélisés en 3D, la navigation est magnifique. // Source : Numerama
À Las Vegas, où tous les hôtels sont modélisés en 3D, la navigation est magnifique. // Source : Numerama

L’affichage 3D d’Apple Plans a une autre utilité : vous empêcher de vous tromper de sortie sur l’autoroute. Dans le pays où l’on trouve facilement 7 à 8 voies sur un même axe, Apple Plans est le seul logiciel avec une interface suffisamment claire pour éviter les erreurs. Quand Google et Waze vous disent de vous positionner sur la 3e ou la 4e voie, Apple dessine sur la carte les voies qu’il faut prendre. Une fois la sortie à proximité, une animation permet d’anticiper la forme que va prendre la route pour anticiper son freinage. Une fois que l’on a compris le concept, impossible de se tromper de sortie. La carte d’Apple, toujours aussi colorée, est extrêmement claire.

Plusieurs exemples où l'affichage des voies et les animations 3D se sont avérées pratiques. // Source : Numerama
Plusieurs exemples où l’affichage des voies et les animations 3D se sont avérés pratiques. // Source : Numerama

À pied aussi, la navigation est plus agréable chez Apple que chez Google. En randonnée vers le Hollywood Sign, seule l’application d’Apple nous a donné des informations suffisamment claires pour que l’on puisse grimper sans se tromper de route. Google suggérait de franchir un portail inaccessible à pied. À Las Vegas, les indications sur les escalators, souvent obligatoires pour passer d’un endroit à l’autre, ont toujours été parfaites sur Apple Plans.

Des indications enfin bonnes

Être joli est une chose, donner des informations correctes en est une autre. Comment ne pas avoir en tête les ratés du premier Apple Plans, qui emportait ses utilisateurs trop souvent au mauvais endroit ? Si notre passage sur la côte ouest américaine était bref, nous n’avons jamais eu le moindre problème avec le logiciel d’Apple. Au contraire, il était souvent le seul à donner des informations factuelles sur les horaires d’ouverture des bâtiments (Google s’est trompé d’une heure une fois).

Comment expliquer la victoire d’Apple Plans aux États-Unis ? On peut imaginer deux raisons :

  1. Aux États-Unis, plus particulièrement en Californie, Apple joue à domicile. Ses efforts sont donc plus importants, alors que Google est peut-être trop bien installé et se concentre sur des déploiements plus globaux.
  2. Aux États-Unis, plus de 50 % de la population a un iPhone. Pour les commerçants, fournir des informations correctes à Apple Plans est plus important qu’en France. Cela aide sans doute Apple à améliorer son service.
À gauche, Apple Maps. À droite, Google Maps. A-t-on vraiment besoin de commenter ? // Source : Numerama
À gauche, Apple Maps. À droite, Google Maps. A-t-on vraiment besoin de commenter ? // Source : Numerama

Avec le temps, Apple aura-t-il le meilleur logiciel de cartographie sur la planète entière ? Permettez-nous d’en douter. Déjà, parce que le déploiement du nouvel Apple Plans et lent et se fait en plusieurs étapes. Ensuite, parce que Google n’est pas à l’arrêt. La présentation d’un Google Maps en 3D, digne d’un jeu vidéo, avait impressionné en 2022. Le déploiement d’une telle fonction, sans doute mondialement d’un seul coup, pourrait permettre à Google de repasser devant Apple très facilement. Y compris aux États-Unis.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !