Facebook et Instagram démarrent l’année avec deux amendes fondées sur le RGPD. Une troisième ciblant WhatsApp arrive.

2023 ne commence pas de la plus belle des manières pour Meta. La maison mère de Facebook vient de connaître le sort que lui réservait la Commission irlandaise pour la protection des données (DPC), l’équivalent en France de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Verdict de l’autorité ? Le groupe américain devra régler deux nouvelles amendes.

La DPC relève que Meta a « enfreint ses obligations en matière de transparence », en ne transmettant pas aux internautes les informations sur lesquelles Meta se base pour ses activités. Par ailleurs, il a été jugé que Meta ne disposait pas d’une base juridique adéquate (défaut de consentement des internautes) pour traiter leurs données personnelles dans le cadre de la publicité.

Le verdict de la DPC a été prononcé le 4 janvier. Dans le détail, l’institution a prononcé deux sanctions pécuniaires contre deux filiales du groupe américain. La première, d’un montant de 210 millions d’euros, concerne Facebook. La seconde, de 180 millions d’euros, cible Instagram (le réseau social spécialisé dans le partage de photos et de vidéos). Total à payer : 390 millions d’euros.

Meta // Source : Numerama
Meta, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, inaugure l’année avec deux amendes fondées sur le RGPD. // Source : Numerama

Une troisième amende est en chemin

En réalité, cela ne va pas s’arrêter là. On sait que la troisième filiale de l’entreprise, WhatsApp (une messagerie instantanée proposant un haut degré de sécurité), est aussi dans le viseur de la DPC. On s’attend à découvrir une nouvelle amende contre Meta dans les prochains jours. Là encore, la peine devrait se monter en dizaines, voire en centaines de millions d’euros.

Sur le front du Règlement général de la protection des données (RGPD), le texte sur lequel les deux sanctions se fondent, on ne pouvait pas faire pire démarrage : deux amendes confirmées et une troisième en chemin, une pour chaque filiale de Meta. La société américaine garde toutefois une possibilité de les annuler, ou du moins les amoindrir, à travers une procédure d’appel.

Déjà en 2022, Facebook a enchaîné les déboires procéduraux face aux instances de protection des données personnelles. Trois amendes en particulier retenues l’attention en Europe :

En attendant de connaître les développements de l’appel lancé par Meta contre ces deux verdicts (et bientôt trois), la CPD a fixé un calendrier pour l’entreprise : elle a maintenant trois mois pour « mettre ses opérations de traitement de données en conformité ». Une chose est sûre : toutes ces procédures coûtent de plus en plus cher. En cumulé, on a déjà dépassé le milliard d’euros.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !