Avec le projet ACM (Adult Content Monetization), Twitter rêvait de partir à l’assaut d’OnlyFans ou MYM, pour vendre des abonnements vers des contenus adultes. Après un examen interne, la société est arrivée à la conclusion que c’était dangereux.

Avec un probable chiffre d’affaires de 2,5 milliards de dollars en 2022, OnlyFans est un exemple de réussite. Bien que rejetée par de nombreux annonceurs, qui ne souhaitent pas se mêler à la pornographie, la plateforme a prouvé que l’on peut développer un business model efficace, en servant de passerelle entre des créateurs de contenus et des utilisateurs prêts à payer pour obtenir des images et des vidéos. OnlyFans est aujourd’hui incontournable dans le milieu du porno, où des personnes commercialisent des photos et des vidéos « privées » pour toucher de gros chèques chaque mois.

Twitter serait jaloux du succès d’OnlyFans. Le réseau social, qui n’a jamais su modérer la pornographie, réaliserait qu’il est passé à côté de plusieurs milliards de dollars. Dans une enquête de The Verge parue le 30 août 2022, on apprend que Twitter souhaiterait lancer un concurrent d’OnlyFans depuis le printemps 2022. Un rapport interne défavorable et sa fausse vente à Elon Musk ont mis le projet en pause.

Twitter voulait copier OnlyFans

Les informations obtenues par The Verge ne sont pas réellement surprenantes dans le sens où, depuis plusieurs mois, Twitter lance des nouveautés parfaitement compatibles avec ce modèle. Les Super Follow, qui permettent de réserver du contenu à des abonnés payants, pourraient déjà servir à de telles pratiques. Cette fonction est pour l’instant réservée aux comptes américains avec plus de 10 000 abonnés et, à l’avenir, devrait s’ouvrir à tous.

Copie de Twitter Super Follow
Dans les réglages des Super Follow, on peut lier son compte Twitter à u ncompte OnlyFans. La fonction propose aussi une catégorie « contenus adultes ». // Source : Jane Wong

En attendant ce fameux futur, Twitter a commencé à développer à un projet nommé ACM, pour Adult Content Monetization (monétisation du contenu adulte). Son constat est simple : la plupart des personnalités d’OnlyFans ont un compte Twitter servant à attirer de potentiels clients vers OnlyFans (puisque Twitter ne modère pas la pornographie, c’est possible). En permettant à ces personnes de vendre des abonnements payants directs sur Twitter, l’entreprise aurait pu toucher une commission sur les abonnements, et donc gagner de l’argent sur le dos d’OnlyFans. Cette fonction aurait pu faire fuir des annonceurs, mais Twitter aurait que l’argent gagné compenserait les pertes.

Pour s’assurer que son idée était bonne, Twitter a formé une équipe de 84 employés chargés de se prononcer objectivement sur la question. Malheureusement pour la direction du réseau social, cette équipe n’est pas allée dans le sens souhaité. Elle est arrivée à la conclusion que les capacités de modération de Twitter étaient ridicules face aux risques engrangés par un tel service. Twitter est incapable de reconnaître du contenu pédopornographique, de la violence sexuelle et ne connaît pas l’âge de ses utilisateurs. En l’état, le projet ACM le conduirait à sa perte.

Onlyfan_cover
Le logo d’OnlyFans. // Source : Nino Barbey pour Numerama

Pour l’instant, la direction a renoncé

La conclusion de l’équipe formée par Twitter est terrible pour le réseau social qui, justement, vient de se faire pointer du doigt par son ancien chef de la sécurité qui l’accuse de graves manquements. En plein procès avec Elon Musk, Twitter n’avait pas besoin d’une nouvelle preuve de son incapacité à protéger ses utilisateurs. Ce que dit The Verge est que Twitter ne sait détecter que le contenu déjà signalé par les autorités (ses algorithmes ne sauraient pas reconnaître un viol sans intervention humaine) et que le réseau social pourrait, techniquement, permettre à un mineur de souscrire à un compte pornographique sans être en mesure de le savoir.

Entre-temps, l’arrivée d’Elon Musk dans le monde de Twitter a tout bouleversé. Twitter voudrait désormais régler le problème des spams, afin de prouver au milliardaire qu’il a tort sur son inaction. Le porno n’est plus sa priorité.