Des chiens robots sont utilisés à Cape Canaveral pour effectuer des tâches de maintenance. Ils peuvent être pilotés ou autonomes. Tout en se révélant utiles, ils sont toutefois décrits comme « inarrêtables » par le fabricant, ce qui génère un certain malaise dans un contexte militaire.

On adore les chiens. Peut-être un peu moins leur version cyberpunk dystopique : des chiens-robots à toute épreuve utilisés par l’armée. C’est ce type de machines qui ont été mises en avant lors d’un événement ayant eu lieu fin juillet 2022 à la Cape Canaveral Space Force Station, aux États-Unis. Comme le relate le média américain Gizmodo, l’armée américaine y faisait le showcase de chiens-robots utilisés à des fins de maintenance et de sécurité, pour assister les lancements spatiaux.

Les deux canidés de métal répondent au petit nom de Q-UGV. « Le Q-UGV sera utilisé pour l’évaluation des dommages et pour des patrouilles, afin d’économiser d’importantes heures de travail », explique l’armée en légende des photographies prises lors de l’événement. Ils seront utilisés pour des « tâches manuelles et répétitives ».

Ils peuvent être pilotés à distance ou bien par commande vocale, autant qu’ils peuvent effectuer des tâches automatiques de manière pleinement autonomes. Ils sont déjà mobilisés depuis 2 ans à chaque lancement d’engins spatiaux. Ils peuvent également servir d’antennes relais alternatives.

« Ils sont inarrêtables »

En soi, l’usage qui est fait de ces chiens robots n’a donc pas grand-chose d’effrayant et ils ont l’air de se révéler plutôt utiles au quotidien.

robots_us_armee_canaveral
Les deux chiens robots mobilisés durant la démonstration. // Source : Senior Airman Samuel Becker

Ils déclenchent pourtant bien un certain malaise. Sans doute pour une raison contextuelle : le cadre militaire. Et il suffit d’en lire la description faite par le fabricant Ghost Robotics : « Ils sont inarrêtables, avec la capacité de se relever immédiatement après une glissade, une chute ou un échec et de continuer à avancer grâce à notre système exclusif en mode aveugle. »

En règle générale, l’usage de ce type de robots dans l’armée a tendance à faire polémique en raison du détournement possible sous forme d’armes : les questions éthiques sont nombreuses. Des chiens robots équipés d’une arme avaient ainsi fait le buzz en suscitant des réactions d’effroi. Un hacker a même proposé une solution pour… neutraliser un tel chien robot et sa mitrailleuse.

Gardons à l’esprit tout de même que ce type de robots peut constituer un outil privilégié dans des circonstances extrêmes, comme des soutiens lors de catastrophes naturelles. C’est ainsi que depuis quelques années, les pompiers de Paris sont accompagnés de Colossus, un robot-pompier extrêmement efficace et qui peut résister au feu et à la chaleur comme aucun humain. Celui-ci a cependant des fins humanitaires, et n’adopte pas non plus la forme d’un quelconque animal auquel on est attaché.

Les lignes se brouillent en effet davantage lorsque la robotique s’inspire de formes connues. C’est de là que provient la vallée de l’étrange pour les robots humanoïdes : plus ils nous ressemblent tout en étant clairement artificiels, plus ils nous terrifient. Il ne fait pas de doutes que les robots pourront avoir une utilité croissante comme outils, mais que l’esprit critique et qu’un encadrement dans le type d’usages devra toujours guider la façon dont ils sont mis en pratique.