Ça y est, Microsoft amorce la transition pour Teams. Son application de travail collaboratif et de visioconférence va devenir pleinement compatible avec la gamme Apple Silicon, dont les Mac M1 et M2.

Mieux vaut tard que jamais. Teams est désormais compatible avec les processeurs Apple Silicon, a fait savoir Microsoft dans un billet de blog paru le 3 août 2022 sur son site officiel. « Nos clients qui utilisent Mac avec Apple Silicon nous ont dit qu’ils voulaient que Teams soit optimisé pour leurs appareils », écrit le géant des logiciels. C’est maintenant chose faite.

L’arrivée d’une application native de Teams pour la gamme Apple Silicon, qui inclut donc les générations les plus récentes, avec les puces M1 et M2, est une bonne nouvelle pour celles et ceux qui utilisent au travail cet outil collaboratif et de communication. Mais cela ne doit pas masquer la réelle lenteur de Microsoft à sauter le pas.

Microsoft Teams
Un exemple d’interface de Microsoft Teams. // Source : Microsoft

Microsoft met enfin à jour Teams pour l’adapter aux Mac M1 et M2

L’arrivée des processeurs M1 date de novembre 2020, notamment avec le lancement d’une nouvelle version du MacBook Air. En comparaison, bien d’autres développeurs ont mis à jour leur application en quelques mois, en témoigne par exemple le suivi effectué par le site MacGeneration jusqu’en septembre 2021. À cette date, le site listait 244 applications compatibles avant Teams.

Et encore, le déploiement va être progressif. L’application native Teams sur Mac avec Apple Silicon fait l’objet d’un plan par étapes, qui s’étalera sur quelques mois. Tous les utilisateurs de Mac seront automatiquement mis à niveau avec leur dernière mise à jour de Teams, précise l’entreprise américaine. Comme le rappelle The Verge, l’adaptation à Apple Silicon était très demandée.

Test du MacBook Pro M1 : pourquoi c’est LA vraie révolution de 2020
La puce M1 est la première puce Apple Silicon pour Mac. // Source : Image Numerama

Cette compatibilité avec les processeurs M1 et M2 atténuera peut-être au passage la mauvaise impression que peut laisser Teams aux personnes qui sont obligées de l’utiliser. On lui reproche d’être lente, de trop solliciter les performances des PC et d’être une web app, c’est-à-dire une application fonctionnant avec des technologies web, au lieu d’être un logiciel classique.

« Pour les utilisateurs de Mac, cela signifie une augmentation significative des performances, garantissant une utilisation efficace des ressources de l’appareil et une expérience optimisée des équipes, même en cas d’utilisation de plusieurs écrans haute définition lors d’appels ou de réunions », promet à ce sujet Microsoft. Il restera à le vérifier.