Solana, une blockchain concurrente de l’Ethereum, a annoncé qu’elle se lançait dans les téléphones. Le Saga sera compatible avec tout ce qui fait le Web3, des crypto-monnaies aux NFT.

Le téléphone s’appelle Saga, et il pourrait « tout changer ». C’est Solana, la blockchain concurrente de l’Ethereum, qui le dit — et c’est aussi elle qui a fabriqué le smartphone. L’entreprise a une ambition : permettre aux cryptos d’être utilisées et utilisables partout.

Solana a présenté le smartphone le 23 juin lors d’un événement organisé à New York. « Nous passons nos vies sur nos téléphones », a déclaré Anatoly Yakovenko, le fondateur de Solana, pendant la présentation, « sauf pour ce qui concerne le Web3, parce qu’il n’y a pas encore eu d’approche pensée pour la mobilité

Le Web3, une version d’internet décentralisée et pensée pour la blockchain, est au centre de nombreux projets de crypto-monnaies — mais il nécessite encore, selon Anatoly Yakovenko, de se connecter sur un ordinateur. Avec Saga, Solana compte bien remédier à ce problème.

saga_phone
Saga, le téléphone spécial Web3, cryptos et NFT de Solana // Source : Solana / youTube

Un téléphone pensé pour les crypto-monnaies et les NFT

Saga sera disponible en début d’année 2023, aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Unis et en Europe, et il coûtera 1 000 dollars. Il est déjà possible de le précommander : il vous faut pour cela payer un acompte de 100 dollars, à régler (bien évidemment) en crypto-monnaie. Les téléphones Saga fonctionneront sur Android, seront équipés des puces Snapdragon 8+ Gen 1 et auront un écran OLED de 6,67 pouces, 12GB de RAM, et 512 GB de stockage. Ils auront aussi un appareil photo de 50 mégapixels et un objectif ultra-grand-angle de 12 mégapixels.

Solana ne va cependant pas construire les téléphones elle-même : la production est assurée par Osom, une entreprise qui avait dévoilé en mars des photos d’un nouveau projet de téléphone, baptisé OV1, en céramique et acier. Osom, qui a été contactée par The Verge, a confirmé que le projet d’OV1 était désormais transformé en Saga.

saga_phone2
Le téléphone Saga // Source : Solana / YouTube

Mais ce ne sont pas ces caractéristiques techniques qui vont rendre les Sagas uniques et véritablement compatibles avec le Web3 : c’est le rôle du Solana Mobile Stack (SMS). Il s’agit de l’autre grande nouveauté de la conférence : le SMS est un kit de développement logiciel pour Android, qui doit permettre de développer des applications compatibles avec le Web3. Ces applications sont ce qu’on appelle des dApps : des apps décentralisées, qui fonctionnent à partir de smart contracts sur des blockchains (ici, celle de Solana).

Le SMS doit permettre, à terme, de créer tout un écosystème de dApps, qui seront ensuite téléchargeables dans le Solanda dApp Store, l’équivalent décentralisé de l’App Store. C’est donc le SMS qui va véritablement faire de Saga un téléphone spécial Web3 et NFT. « Le Solana Mobile Stack et le Solana dApp Store vont permettre aux développeurs de créer de nouvelles expériences », explique le site de Saga. Il sera ainsi possible de « créer des NFT partout, à tout moment », grâce aux transactions sécurisées qui seront mises en place sur les téléphones.

Magic Eden, la plateforme de vente de NFT basés sur la blockchain de Solana, est partenaire du lancement de Saga et a annoncé qu’elle soutenait le projet. Une dApp Magic Eden pourrait donc rapidement voir le jour. Le téléphone serait également compatible avec l’utilisation régulière de crypto-monnaies. Saga assure qu’elles seront en sécurité grâce au « Seed Vault » installé dans les téléphones, qui doit permettre de garder en sécurité les clés privées des utilisateurs.

saga_phone4
Le Saga pourra-t-il vraiment être un téléphone Web3 ? // Source : Solana

« Le monde a besoin de nouveaux produits qui sont compatibles avec le futur », a déclaré Jason Keats, le fondateur d’Osom, en faisant référence au Web3. « Construire un écosystème pour le futur est passionnant. »

Bien que le projet ait été très chaleureusement accueilli dans les cercles cryptos, rien ne dit que le modèle fonctionnera parfaitement, ou qu’il sera un succès. Le projet est particulièrement ambitieux et la construction d’un marché de dApps, à partir de rien, va prendre du temps. Le risque est d’avoir, pendant au moins les premiers temps, un « téléphone Web3 » qui ne serait en rien différent des autres téléphones Android.