De nouvelles études suggèrent que les sons produits par les aurores boréales peuvent être entendus très haut dans l’atmosphère, même lorsque nous ne pouvons pas voir ces aurores.

Les aurores boréales ont toujours fait lever les yeux des humains au ciel, même si les secrets qui se cachent derrière restent difficiles à élucider. Phénomène lumineux et coloré qui se produit régulièrement dans le ciel nocturne de l’hémisphère Nord, l’aurore boréale se manifeste près des pôles magnétiques de la Terre, d’où l’expression générique d’aurore polaire.

aurore boréale paysage pole arbres
Des aurores boréales en Suède. // Source : Good Free Photos/Domaine public (photo recadrée)

Dans un communiqué publié le 16 mai 2022 lors de la conférence conjointe de l’EUROREGIO / BNAM2022 (une conférence rassemblant des universitaires, des ingénieurs et des consultants dans le vaste domaine de l’acoustique), Unto Laine, un ingénieur acoustique de l’Université d’Aalto en Finlande, a dévoilé avoir réussi à enregistrer des bruits étranges de crépitement dans le ciel. Ils semblent provenir des aurores boréales, suggérant qu’elles peuvent être entendues même sans être vues. Pour rappel, le son des aurores boréales est presque imperceptible, on ne peut entendre de bruit qu’à l’apparition des aurores boréales les plus brutales.

Même si on ne les voit pas, les aurores boréales produisent un son

Aujourd’hui, de nouvelles preuves suggèrent que les aurores boréales peuvent produire un son ou un bruit dans la haute atmosphère, et ce même lorsque nous ne les voyons pas.

Le professeur Unto K. Laine de l’Université d’Aalto a réalisé des enregistrements de sons sur les aurores boréales. Ces études présentées montrent qu’un bruit peut se produire même si les aurores sont invisibles : « Cela annule l’argument selon lequel les sons des aurores boréales sont extrêmement rares et que les aurores boréales devraient être exceptionnellement brillantes et vivantes », déclare Laine via le site d’Altoo University.

Les enregistrements ont été faits une nuit près du village de Fiskars, en Finlande. Même si aucune aurore boréale n’était visible, l’enregistrement de Laine a réussi a capturer des centaines de bruits. Lorsque les enregistrements ont été comparés aux mesures de l’activité géomagnétique par l’institut météorologique finlandais (FMI), le lien entre les bruits et les aurores boréales était évident : « En utilisant les données géomagnétiques, qui ont été mesurées indépendamment, il est possible de prédire quand les sons des aurores boréales se produiront dans mes enregistrements avec une précision de 90 % », explique Laine.

« C’était la plus grande surprise ! Les sons sont beaucoup plus courants qu’on ne le pensait, mais quand les gens les entendent sans aurore visible, ils pensent que c’est juste de la glace qui craque ou peut-être un chien ou un autre animal », ajoute-t-il.

Comment ce phénomène est-il possible ?

Pour comprendre ce phénomène, il faut d’abord rappeler comment surviennent les aurores boréales. Celles-ci trouvent leur origine dans les électrons et protons (des particules élémentaires) apportés par le vent solaire. Ces particules se répartissent ensuite autour de la Terre, et sont attirées par des pôles magnétiques, nord et sud. Ils aboutissent ensuite dans des « ovales auroraux ». C’est l’énergie libérée par cette collision qui entraîne la projection de lumière que les spectateurs et spectatrices d’aurores peuvent admirer.

aurore boréale pole
Une aurore boréale en Alaska. // Source : Flickr/CC/Nasa/Joshua Strang/USAF (photo recadrée)

Lors de nuits particulièrement froides, claires et calmes, et notamment dans l’Antarctique, il arrive qu’une couche d’air chaud se forme au-dessus d’une couche peu profonde d’air frais au fond de l’atmosphère. Dès lors, des charges électriques correspondantes peuvent s’accumuler dans ces deux couches.

Lorsque des perturbations géomagnétiques, éventuellement causées par les aurores boréales, se propagent dans l’atmosphère, elles peuvent provoquer une décharge électrique entre les couches, provoquant du bruit. Les enregistrements partagés par Unto ont été réalisés dans le but d’approfondir l’étude de ce phénomène.