Grâce à une photographie historique, on sait maintenant à quoi ressemble Sagittarius A*, le trou noir supermassif de notre galaxie. En utilisant un procédé appelé sonification, les scientifiques ont transformé l’image en ondes sonores.

Lors de la conférence historique du 12 mai 2022, les équipes de l’Event Horizon Telescope — plus grand télescope virtuel du monde — ont révélé la première photographie de Sagittarius A*, le trou noir supermassif au centre de la Voie lactée. C’est la deuxième photo que l’on obtient d’un trou noir, mais les scientifiques vont maintenant essayer d’en obtenir davantage et de capter, peut-être un jour, des vidéos.

D’ici là, analyser cette photographie va déjà livrer pas mal de nouveaux éléments. En astronomie, une « simple » image contient des données et donc des informations précieuses sur les objets étudiés. Une simple variation de couleur, par exemple, peut nous en dire beaucoup. C’est grâce à cela qu’il est possible d’écouter indirectement Sagittarius A*.

La sonification de Sagittarius A*

Sur le site de l’observatoire Chandra, et sur sa chaîne YouTube, les scientifiques ont révélé le 13 mai des fichiers audio qui permettent d’« écouter » le trou noir supermassif au centre de notre galaxie.

Si les guillemets sont de rigueur, c’est en raison d’une subtilité : ce n’est pas un enregistrement direct du son du trou noir. Pour ce faire, il faudrait s’en approcher avec une sonde, ce qui est à l’heure actuelle totalement impossible (non seulement il est situé à 27 000 années-lumière, mais la sonde n’aurait probablement pas le temps de survivre avant d’enregistrer quoi que ce soit).

sagittarius_a_sonification
Le balayage sonore de Sgr A* se fait dans le sens des aiguilles d’une montre. // Source : Chandra/EHT/ESO

Pour entendre Sagittarius A* (Sgr A*), les scientifiques ont mobilisé un processus appelé sonification. Cette méthode permet de transformer des données sous forme acoustique. En l’occurrence, les longueurs d’onde de l’image du trou noir sont transformées en ondes sonores.

« Utilisant un balayage de type radar, la sonification commence à la position 12 heures et balaie dans le sens des aiguilles d’une montre. Les changements de volume représentent les différences de luminosité que l’EHT [Event Horizon Telescope] a observées autour de l’horizon des événements de Sgr A* », expliquent les scientifiques de l’observatoire Chandra.

Les fréquences sonores les plus élevées apparaissent lorsque le scan est au plus proche du cœur du trou noir, car plus l’on s’en approche, plus la matière se déplace rapidement, ce qui accélère les ondes sonores. La sonification a donc certes quelque chose de fascinant, mais aussi d’utile pour poursuivre les recherches autour de cette photo.

Le rendu a été produit en audio binaural, raison pour laquelle, si vous écoutez avec un casque, vous aurez l’impression que le son démarre devant nous puis qu’il tournoie autour de votre tête.