Au nom de la biodiversité et du climat, l’Union européenne a de nouveaux objectifs en matière de plantation d’arbres. Un outil de suivi permet de voir où en est l’UE dans ce domaine.

Pour son « Green Deal » (pacte vert) ainsi que pour sa stratégie 2030 en faveur de la biodiversité, l’Union européenne prend un certain nombre d’engagements. Le Green Deal implique d’être « le premier continent neutre pour le climat ». La stratégie biodiversité, de son côté, vise « un plan global, ambitieux et à long terme visant à protéger la nature et à inverser la tendance à la dégradation des écosystèmes ».

Dans ce cadre, la Commission européenne rappelait récemment, début décembre 2021, dans un tweet, que les arbres font partie intégrante de cette stratégie.

Pourquoi planter des arbres en Europe ?

L’objectif est de planter « 3 milliards d’arbres supplémentaires » en Europe d’ici l’année 2030. Aujourd’hui — en cette mi-décembre 2021, 933 675 arbres ont d’ores et déjà été plantés dans le cadre de ce plan.

« La plantation de nouveaux arbres n’est pas une alternative à la préservation des arbres existants, mais un complément à une action de conservation plus large », explique la Commission européenne. Ces plantations permettraient de :

  • Augmenter la superficie des forêts et le nombre d’arbres dans l’UE ;
  • Accroître la résilience des forêts et leur rôle dans la lutte contre la perte de biodiversité ;
  • Atténuer le changement climatique et de nous aider à nous y adapter.

Une étude récente montrait d’ailleurs que planter des arbres en Europe serait un atout pour lutter contre les sécheresses : réaugmenter la couverture forestière permettrait, entre autres, de rebooster les précipitations dans la région.

Une carte et un compteur : la France en tête

Il est possible de suivre les avancées en matière de reforestation : comme le rappelle la Commission européenne, un compteur ainsi qu’une carte interactive sont disponibles en ligne depuis le 9 décembre 2021.

La France est en tête dans ce projet européen de plantation d'arbres. // Source : Commission européenne
La France est en tête dans ce projet européen de plantation d’arbres. // Source : Commission européenne

Plus la couleur est vert foncé, plus le nombre d’arbres plantés est important. La carte compte précisément le nombre de nouveaux arbres plantés qui répondent à des critères spécifiques. Apparaissent donc dans cet outil les arbres qui :

  • Ont déjà été plantés, la déclaration ne se fait que rétroactivement ;
  • Ont été plantés ou ont commencé à germer après le 20 mai 2020, date de l’adoption de la stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité ;
  • Sont des arbres supplémentaires par rapport à un scénario « business as usual » (la progression habituelle du nombre d’arbres) ;
  • Profitent à la biodiversité et au climat — ce qui revient notamment à exclure la plantation d’espèces exotiques envahissantes ;
  • Sont des espèces d’arbres natives du lieu de plantation (sauf s’il peut être démontré qu’elles « ne sont plus adaptées aux conditions climatiques, pédologiques et hydrologiques prévues ») ;
  • Sont plantés et cultivés dans « le respect total des principes écologiques », ce qui signifie que « le bon arbre doit être planté au bon endroit et dans le bon but ». Les arbres peuvent être plantés certes dans les forêts, mais aussi dans les zones rurales et urbaines, toutefois « aucun arbre ne doit être planté dans les zones à haute valeur naturelle telles que les marais, les tourbières, les fens, les zones humides, les tourbières et les prairies ».

Comme vous pouvez le constater sur le planisphère, la France est à l’heure actuelle en tête du projet en nombre de nouveaux arbres plantés.