Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann et Giorgio Parisi sont les Prix Nobel 2021 de physique.

Chaque année, le Prix Nobel récompense des découvertes scientifiques majeures. Dans la catégorie de la physique, le comité Nobel décerne le prix, en 2021, à Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann et Giorgio Parisi pour leurs découvertes majeures dans la compréhension des systèmes physiques complexes.

Cette annonce intervient juste après celle du Prix Nobel de médecine qui, cette année, a été remis à David Julius et Ardem Patapoutian, pour leur découverte des récepteurs physiologiques du touché et de la température, qui sont déterminants dans notre perception sensorielle du monde.

Les « systèmes physiques complexes » : derrière le chaos, des modèles

Le comité Nobel a décidé de récompenser ces trois hommes, car ils ont en commun d’avoir étudié des phénomènes physiques qui paraissaient, en apparence, hasardeux et chaotiques.

Source : Nobel 2021

Les deux premiers, Syukuro Manabe et Klaus Hasselmann, ont étudié le climat terrestre et comment l’humanité l’influence, en modélisant physiquement le système climatique et ses variables. Giorgio Parisi de son côté a étudié directement la notion de désordre et de fluctuation dans les systèmes physiques, aussi bien à l’échelle atomique jusqu’à l’échelle interplanétaire.

Syukuro Manabe est à l’origine des modèles climatiques actuels. Il a par ailleurs «  démontré comment l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère entraîne une augmentation des températures à la surface de la Terre », ce qui constituera un outil essentiel pour comprendre le dérèglement climatique d’origine humaine.

Klaus Hasselmann a créé un modèle qui permet de relier la météo et le climat, ce qui a servi à montrer que les modèles climatiques étaient en grande partie indépendants et fiables face une météo qui, elle, peut être très fluctuante. Cette différence est cruciale car, grosso modo, ce n’est pas parce qu’il fait froid à un instant T que le climat ne se réchauffe pas. Son modèle a également permis de distinguer les phénomènes naturels et ceux causés par l’être humain. « Ses méthodes ont été utilisées pour prouver que l’augmentation de la température de l’atmosphère est due aux émissions humaines de dioxyde de carbone », explique le comité Nobel.

De son côté, Giorgio Parisi s’inscrit dans cette continuité en ayant mis en cohérence des systèmes qui semblaient totalement désordonnés : il a mis au jour les modèles cachés dans ce chaos. Ses découvertes ont eu des échos bien au-delà de la physique, jusqu’à la biologie et le machine learning.

L’année dernière, en 2020, le Prix Nobel de physique avait récompensé la recherche sur les trous noirs.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo