Le mois de juin 2021 est étonnant : malgré un épisode de chaleur au milieu, on avait parfois la sensation que les températures étaient plus fraiches que d'habitude en cette saison. C'était pourtant l'un des mois de juin les plus chauds depuis 1900.

Au cours d’une grande partie du mois de juin 2021, les conditions météo ne semblaient pas vraiment idéales. Malgré un épisode de chaleur au milieu, le temps a été souvent gris, pluvieux, accompagné d’un sentiment de fraicheur. Mais que nous dit la réalité météorologique sur l’ensemble de la France ? Météo France vient de publier, ce 2 juillet, un bilan du mois de juin. Et celui-ci n’avait rien de « frais » dans son ensemble, et à l’échelle de la France.

2 degrés de plus que la normale en moyenne

Au regard des températures observées, Météo France dresse le constat d’un mois  «  remarquablement chaud », notamment ponctué par « un épisode précoce de fortes chaleurs en milieu de mois ». À partir du 11 juin et jusqu’au 18, une vague de chaleur a touché la France en faisant monter le mercure à plus de 30 degrés, en moyenne, en France.

Plus largement, à l’échelle de tout le mois, Météo France rapporte des températures moyennes de 2 degrés au-dessus de la normale. Avec 20,3 degrés comme moyenne globale, ce mois de juin 2021 est le 5e le plus chaud depuis l’année 1900. Parmi les mois de juin bien pires, toutefois, on retrouve celui de 2003, avec +4,1 degrés au-dessus de la normale.

Sur le graphique ci-dessous fourni par Météo France, la partie du haut représente les maximales ; la partie plus bas représente les minimales. Sur chacune de ces deux courbes, la partie rouge (« plus chaud ») ou bleu (« plus froid ») représente l’ampleur de l’écart par rapport à la normale, au fil du mois.

Écart des températures par rapport à la moyenne normale. // Source : Météo France

Cette carte de France, quant à elle, représente par une couleur rouge plus ou moins intense les écarts locaux par rapport à la normale du mois de juin, sur la période de référence 1981-2010.

Plus la zone est rougie, plus l’écart est important par rapport à la normale. // Source : MétéoFrance

Météo France rappelle toutefois que le mois de juin s’est également caractérisé par des perturbations pluvieuses et orageuses, aussi nombreuses qu’actives. Peut-être est-ce là une explication à la sensation de fraicheur. Quoi qu’il en soit, en moyenne en France et sur tout le mois de juin, l’excédent de précipitations « a été supérieur à 50 % ».

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo