Après 13 ans de surveillance de la biodiversité, l'IUCN, le Muséum d'histoire naturelle et l'Office français de la biodiversité livrent leur première synthèse.

L’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) tient à l’international une Red List, une liste rouge des espèces menacées dans la vie sauvage. Il existe également une liste rouge nationale, à l’échelle française, dont l’Office français de la biodiversité et le Muséum national d’histoire naturelle sont référents avec le comité français de l’IUCN. En France, cette surveillance a lieu depuis 2008.

Une synthèse des treize années écoulées vient d’être publiée, ce 3 mars 2021. Les résultats, tirés d’une surveillance menée par plus de 500 experts et avec 31 organisations, «  contribuent à identifier les priorités d’actions, à surveiller les évolutions et à préserver les espèces menacées ».

2 430 espèces menacées, 187 disparues ou éteintes

Sur les 13 842 espèces évaluées en France métropolitaine et en outre-mer,  2 430 sont classées comme menacées, et 187 ont disparu depuis 2008. Au total, cela signifie que 17,6 % des espèces étudiées sont en danger de disparition.

Le rapport 2008-2021 montre par exemple qu’en France métropolitaine, 32 % des espèces d’oiseaux nicheurs sont classées en « espèces menacées », 23 % des amphibiens, 22 % des éphémères, 24 % des reptiles. En outre-mer, c’est le cas pour 42 % des reptiles terrestres à Mayotte ; 34 % des oiseaux en Polynésie ; 28 % des mollusques continentaux en Martinique.

Espèces menacées en France d’après une surveillance 2008-2021. // Source : IUCN/MNHN/OFB

Ce sont des pourcentages élevés à l’échelle de la biodiversité, et les chiffres augmentent au fil du temps. De manière toute aussi significative, ces résultats montrent qu’il existe un niveau de menace — qu’il soit faible, moyen ou élevé — présent dans l’intégralité des groupes de la faune et de la flore. Cela souligne l’urgence, et permet surtout d’identifier des priorités d’action, notamment afin d’établir les espèces qui ont besoin le plus rapidement des mesures de conservation, et de mettre en place des aires naturelles protégées.

La France fait partie des pays les plus concernés

« Avec 1 048 espèces mondialement menacées présentes sur son territoire, la France a une responsabilité majeure dans la lutte contre l’érosion de la biodiversité qui frappe la
planète », avertit l’IUCN. D’après l’organisme, la France se situe parmi les 10 pays où les enjeux sont les plus élevés, aux côtés des États-Unis, de la Chine, de l’Équateur ou encore de l’Australie. «  La France porte ainsi une responsabilité de premier plan aux niveaux mondial et européen pour enrayer l’extinction de la biodiversité. »

Les causes sont notamment à trouver dans des pressions anthropiques, c’est-à-dire le stress environnemental que les activités humaines font subir à la biodiversité. « Les principales menaces pesant sur les espèces sont la destruction et la dégradation des milieux naturels, le braconnage et la surexploitation, l’introduction d’espèces envahissantes, les pollutions et le changement climatique », relève l’IUCN.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo