La Nasa a pris la décision de réduire de façon temporaire l'activité de sa mission InSight sur Mars. Les panneaux solaires de l'atterrisseur sont couverts de poussière. La quantité d'énergie que peut produire le robot devrait être limitée pendant les prochains mois.

Les opérations scientifiques menées par InSight sur Mars vont être temporairement limitées, a annoncé la Nasa le 12 février 2021. La décision est motivée par l’accumulation de poussière sur les panneaux solaires du robot et le début de l’hiver dans la région où se trouve InSight, Elysium Planitia.

Dans un tweet qui prête une voix imaginaire à la mission, la Nasa a écrit le même jour : « Mars est un endroit froid et poussiéreux ! Il a été plus difficile de collecter de l’énergie solaire ces derniers temps, alors je vais économiser de l’énergie pendant un moment, pendant que je profite du Soleil autant que possible ». La publication compare deux images des panneaux solaires d’InSight, prises lors du sol (le nom du jour martien) 10 et du sol 578 de la mission : on voit nettement la couche poussiéreuse qui s’y est accumulée avec le temps.

InSight s’est posé sur Mars en 2018. Sa mission primaire a duré deux ans et ses activités se sont poursuivies au-delà de cette échéance. Ainsi, la sonde a pu détecter davantage de séismes et des tourbillons de poussière. L’équipe responsable de la mission projette de collecter encore des données jusqu’en 2022. Néanmoins, la quantité de poussière déposée sur les panneaux solaires de l’appareil (qui mesurent chacun 2 mètres de diamètre) nécessite de diminuer le fonctionnement des instruments d’InSight, pour qu’elle puisse conserver assez d’énergie.

Les panneaux produisent 27 % de leur capacité

Comme l’explique la Nasa, la conception d’InSight a été inspirée de la façon dont les rover Spirit et Opportunity ont eux-mêmes fonctionné avec l’énergie solaire et l’accumulation de poussière sur Mars. Avec InSight, les équipes ont cherché à anticiper les dépôts de poussière tout en essayant d’assurer que la mission puisse produire assez d’énergie. En plaçant InSight dans Elysium Planitia, l’idée était que les tourbillons de poussière puissent nettoyer les panneaux de l’engin.

Cependant, aucun tourbillon ne s’est produit assez proche de la mission pour bien nettoyer les panneaux depuis leur déploiement en 2018. Résultat : les panneaux d’InSight ne produisent actuellement que 27 % de la capacité qu’ils auraient s’ils n’étaient pas recouverts de poussière. Toute cette énergie doit alimenter les instruments scientifiques, le bras robotisé de l’atterrisseur ou encore les radiateurs qui permettent à InSight de fonctionner même en cas de températures très basses.

Panneaux solaires d’InSight. // Source : Flickr/CC/NASA/JPL-Caltech – Processing : Elisabetta Bonora & Marco Faccin / aliveuniverse.today (photo recadrée)

La mission est tributaire de la météo

La météo ne joue pas non plus en faveur d’InSight, car la saison venteuse est en train de s’achever. Par ailleurs, Mars se déplace vers un point de son orbite appelé l’aphélie, c’est-à-dire auquel la planète est la plus éloignée du Soleil. Cela a une conséquence très concrète sur InSight, qui reçoit une lumière de plus en plus faible, réduisant l’énergie que la mission peut produire. Autrement dit, la mission sera très dépendante des conditions météorologiques au cours des mois à venir. C’est pourquoi certains instruments d’InSight devront être éteints régulièrement, notamment les capteurs météorologiques qui seront certainement mis hors d’état de fonctionner la majorité du temps. Autour de l’aphélie, tous les instruments devront probablement cesser de fonctionner, estime l’agence spatiale.

L’équipe responsable d’InSight prévoit de déployer prochainement le bras robotisé pour pouvoir prendre des images de la poussière logée sur les panneaux. Les moteurs qui ont servi à déployer les panneaux solaires devraient ensuite être utilisés pour tenter de perturber cette poussière et faire en sorte que le vent l’évacue. La manœuvre risque d’être complexe. Dans tous les cas, la Nasa estime qu’InSight pourra reprendre complètement ses opérations scientifiques en juillet 2021, lorsque Mars commencera à s’approcher du Soleil.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo