Dans une publication validée par les pairs, le vaccin de Moderna contre la maladie Covid-19 affiche 94 % d'efficacité.

L’essai clinique de la phase 3 du vaccin de Moderna, contre le coronavirus SARS-CoV-2, repose sur 30 420 volontaires. Ils sont répartis en deux groupes (de 15 210 participants chacun) : un groupe placebo ; un groupe vacciné. Les résultats de cette étude viennent d’être publiés, le 30 décembre 2020, après avoir été examinés par un comité indépendant (peer-reviewed), dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

La publication montre que le vaccin de Moderna, basé sur l’ARN messager, atteint une efficacité finale de 94,1 %. Ce résultat est très proche de celui de Pfizer (95 %), également basé sur l’ARNm et qui est déjà généralisé dans plusieurs pays du monde, dont la France.

En violet, la courbe d’incidence dans le groupe placebo. En orange, la courbe d’incidence dans le groupe vacciné. Après la 2e dose, la différence est notable sur le graphique : le taux d’incidence est très faible dans le groupe vacciné. // Source : NEJM/Moderna/Numerama

Plus de 14 jour après la deuxième dose — réalisée 28 jours après la première et nécessaire pour que le vaccin fasse complètement effet — les chercheurs ont enregistré 196 cas d’infection au coronavirus parmi les 40 000 participants. Sur ces 196 cas, 185 sont advenus dans le groupe placebo (non-vacciné), et 11 dans le groupe vacciné. Le taux d’incidence est beaucoup plus faible dans le groupe vacciné, ce qui prouve une haute efficacité du vaccin de Moderna contre la survenance de la maladie Covid-19 sous forme symptomatique.

Concernant la transmission asymptomatique, à l’image du vaccin de Pfizer, les résultats de Moderna ne permettent pas encore d’en arriver à une conclusion stricte. Toutefois, « les données préliminaires des essais suggèrent qu’il pourrait y avoir un certain degré de prévention de l’infection asymptomatique après une seule dose » relève le National Institute of Health. Des analyses spécifiques sont en cours sur cet effet des vaccins.

Pas d’effets secondaires notables

Parmi les cas d’infection survenus dans le groupe vacciné, aucun participant n’a fait pas face à des formes sévères de la maladie Covid-19. Le vaccin de Moderna apparaît donc protéger contre les symptômes graves, même en cas de développement de l’infection dans ces quelques cas.

La publication de Moderna dans l’ENJM montre par ailleurs qu’il n’y a pas d’effets secondaires significatifs, en dehors de ceux habituels et prévus par les auteurs. Environ 50 % des volontaires vaccinés ont fait face à des effets secondaires modérés ou sévères (fatigue, douleurs musculaires, migraine, douleur à la zone d’injection) après la deuxième dose, mais ces effets, classiques pour un vaccin, se sont globalement résolus en deux jours après l’injection.

Aux États-Unis, la campagne de vaccination a débuté à la mi-décembre et le vaccin de Moderna a été rapidement validé — Kamala Harris, future vice-présidente, l’a récemment reçu pour rassurer la population. L’Union européenne a prévu de remettre sa décision sur ce vaccin le 6 janvier 2021. En prévision, 80 millions de doses ont été sécurisées, permettant donc de vacciner 40 millions de personnes.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo