La Jaxa a donné des nouvelles de l'ouverture de la capsule d'échantillons collectés par Hayabusa 2 sur Ryugu. Le gaz emprisonné dans le conteneur est originaire de l'astéroïde, estime l'agence spatiale japonaise.

Hayabusa 2 a rapporté la capsule d’échantillons de l’astéroïde Ryugu sur Terre au début du mois. Le 14 décembre 2020, la Jaxa (agence spatiale japonaise) a confirmé que le conteneur avait bien été ouvert, et que des grains foncés récoltés sur l’astéroïde se trouvaient à l’intérieur.

Quant à l’origine du gaz présent dans la capsule, ce point devait encore être clarifié. Le lendemain, 15 décembre, l’agence spatiale a ajouté que le gaz qui a également été recueilli dans la capsule transportée par Hayabusa 2 jusqu’à la Terre provenait bien de l’astéroïde. Lors de plusieurs analyses, menées le 7 puis les 10 et 11 décembre, il a été constaté que « le gaz différait de la composition atmosphérique de la Terre », détaille la Jaxa dans un communiqué.

Comment l’origine du gaz a-t-elle été établie ?

« Il s’agit du tout premier retour d’échantillon au monde d’un matériau à l’état gazeux depuis l’espace lointain », annonce l’agence spatiale japonaise. Pour estimer que le gaz récolté provenait bien de l’astéroïde, la Jaxa s’est appuyée sur 3 éléments :

  • Une analyse de gaz qui se trouvent au sein du Extraterrestrial Sample Curation Center (ESCuC), situé à Woomera en Australie et où la Jaxa conserve des échantillons récoltés dans l’espace, a abouti à un résultat similaire,
  • Le conteneur est scellé par un joint en aluminium et l’état de ce conteneur est en conformité avec ce qui était attendu, aussi l’atmosphère terrestre n’a vraisemblablement pas dû entrer dans le conteneur,
  • Du gaz de composition identique a été produit après que le gaz ait été retiré du conteneur, ce qui laisse penser que le gaz doit avoir pour origine un phénomène de dégazage au niveau de l’échantillon.
À l’intérieur du conteneur. // Source : Jaxa (photo recadrée)

Les analyses n’en sont qu’à leurs débuts, tandis que les équipes continuent d’ouvrir la capsule. Il faudra encore obtenir plus de précisions sur la composition, notamment moléculaire, du gaz qui se trouve dans le conteneur.

Après Hayabusa, lancée en 2003 par la Jaxa, Hayabusa 2 devient la deuxième mission parvenue à ramener les échantillons d’un astéroïde sur la Terre. Les données de ces prélèvements sont précieuses pour en savoir davantage sur la formation et l’évolution du système solaire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo