Des scientifiques ont identifié ce qui ressemble à un véritable « réseau autoroutier » dans le système solaire. Il permettrait de voyager encore plus vite qu'on le pensait. Des comètes pourraient ainsi se déplacer en une décennie de Jupiter vers Neptune.

Un nouveau « réseau autoroutier » permettant de traverser le système solaire plus vite qu’on l’imaginait a été découvert par des scientifiques. Dans leur étude, publiée le 25 novembre 2020 dans Science Advances et relayée par l’université de Californie à San Diego le 9 décembre, ils ont étudié la structure de ce réseau et les effets qu’il pourrait notamment avoir sur le déplacement des comètes ou astéroïdes.

Dans cet article, les chercheurs décrivent ce qu’ils appellent des « variétés spatiales » (variété au sens géométrique, d’un espace abstrait obtenu par collage d’espace simple, comme quand on construit un cube en dessinant d’abord son patron sur une feuille). « Nous révélons une structure ornementale remarquable et jusqu’ici non détectée de variétés, reliées par une série d’arcs qui s’étendent de la ceinture d’astéroïdes à Uranus et au-delà », écrivent les auteurs. Ces routes forment des arcs connectés entre eux, dans des « variétés spatiales ».

De Jupiter à Neptune en à peine 10 ans

D’après eux, ce réseau peut favoriser le déplacement de comètes ou d’astéroïdes situés près de Jupiter jusqu’à Neptune en environ 10 ans. En moins d’un siècle, elles pourraient permettre de parcourir 100 unités astronomiques (1 unité astronomique, environ 150 millions de kilomètres, correspond à la distance Terre-Soleil). En général, quand on parle de dynamiques dans le système solaire, il est plutôt question de centaines de milliers voire de millions d’années, souligne l’université de Californie à San Diego dans son communiqué.

Région entre le bord extérieur de la ceinture principale d’astéroïdes (3 unités astronomiques) et au-delà d’Uranus (20 unités astronomiques). Les « variétés » sont affichées dans une couleur plus claire. // Source : Capture d’écran YouTube JacobsSchoolNews

« Les variétés les plus fortes sont liées à Jupiter », décrivent les auteurs. On sait que la planète exerce une force gravitationnelle importante. Ces structures en arc semblent avoir un effet sur les comètes dites de la famille de Jupiter (capturées par Jupiter) ou les centaures. Les scientifiques indiquent qu’il n’est pas très surprenant que Jupiter puisse être à l’origine de déplacements à des échelles de temps de l’ordre de la décennie : c’est précisément ce qui a été exploité dans des missions spatiales, comme Voyager 1 et Voyager 2 — la gravité de la planète a été mobilisée pour accélérer les sondes vers les planètes plus lointaines du système solaire.

« Autoroute céleste »

Mais Jupiter n’est la seule planète concernée par ces phénomènes. « Toutes les planètes génèrent des variétés similaires qui imprègnent le système solaire, permettant un transport rapide à travers une véritable autoroute céleste », écrivent les scientifiques dans Science Advances (attention, malgré l’emploi du terme « céleste », ici les conclusions de l’étude ne portent que sur le système solaire, il ne faudrait pas imaginer des routes à travers tout l’espace). Pour les chercheurs, l’influence des variétés sur les corps célestes naturels n’a pas encore été assez explorée.

On pourrait l’étudier dans l’objectif de mieux estimer les risques de collision de certains objets par rapport à la Terre. Les recherches pourraient se poursuivre pour voir comment les variétés existeraient à proximité de notre planète et si elles auraient des effets sur le passage d’objets comme des astéroïdes ou des comètes.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo