Amazon Pharmacy ouvre ses portes aux États-Unis, mais pas en France. La vente en ligne de médicaments sur ordonnance n'est en effet pas autorisée.

L’annonce est tombée le 17 novembre. Amazon est désormais en mesure de vendre des médicaments sur ordonnance, via sa nouvelle rubrique appelée Amazon Pharmacy. On y apprend que les clients « peuvent ajouter leurs informations d’assurance » et, dans le cas des abonnés à Prime, bénéficier de grosses réductions : jusqu’à 80 % pour les génériques et 40 % pour les médicaments sous marque.

Amazon Pharmacy n’est toutefois pas lancée dans le monde entier. Si elle est ouverte aux États-Unis, la plateforme n’est pas ouverte à la France, pour une raison très simple : la vente de produit sur ordonnance est interdite quand elle a lieu par Internet. C’est ce que rappelle Sandrine Nail-Billaud, docteure en pharmacie, dans un article consacré à ce sujet.

Il faut en effet que la personne détentrice d’une ordonnance se présente au comptoir d’une pharmacie pour y présenter l’original. C’est « incontournable », explique-t-elle, afin, entre autres, de tamponner le document et effectuer l’opération du tiers payant ou l’édition d’un bordereau de remboursement. Et aussi, indirectement, de se prémunir de la vente de produits contrefaits.

Des médicaments antirétroviraux. // Source : Flickr/CC/NIAID (photo recadrée)

Quels médicaments peuvent être vendus sur Internet ?

Dans le cas des médicaments sans ordonnance, qui sont donc en accès libre et autorisent une automédication, la réglementation est un peu plus souple. Leur vente par Internet est possible depuis 2013, mais uniquement pour les pharmacies — cela met de facto hors jeu les autres commerces en ligne (comme Carrefour ou Amazon) qui auraient souhaité se lancer dans ce business.

Le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens maintient une liste de 720 officines pour savoir qui contacter — elle n’est toutefois pas tout à fait à jour. Ces sites doivent être liés à une véritable pharmacie et détenir l’accord de l’Agence Régionale de Santé. La liste des médicaments en accès direct peut être consultée sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Il n’est pas impossible que ce cadre soit un jour retouché. L’ex-Premier ministre Édouard Philippe suggérait ainsi en mars 2019 d’assouplir la vente de médicaments sur le web, afin de créer une dynamique favorable sur les prix, au profit du public. « Les conditions de la vente en ligne de médicament dans notre pays apparaissent trop restrictives », jugeait-il alors. Aucun calendrier n’avait toutefois été présenté.

Crédit photo de la une : Pixabay

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo