Peu avant de s'éteindre fin janvier, le télescope spatial Spitzer s'est tourné vers la nébuleuse Californie. C'était la dernière fois qu'il immortalisait une zone du ciel.

La Nasa a fait ses adieux à Spitzer à la fin du mois de janvier. Mais avant d’être définitivement mis hors service, le télescope spatial a capturé une ultime image. L’agence spatiale a dévoilé ce « cadeau final de Spitzer » le 20 avril 2020. Le télescope s’est tourné vers la nébuleuse NGC 1499, aussi connue sous le nom de nébuleuse Californie.

Spitzer a plus précisément observé une partie de la nébuleuse, qui se trouve à environ 1 000 années-lumière de notre planète, précise la Nasa. L’image est décrite comme la « mosaïque finale » du télescope spatial. Elle a été créée à partir de plusieurs vues prises par Spitzer le 25 janvier dernier. Avant cela, Spitzer n’avait jamais observé cette nébuleuse.

La nébuleuse Californie observée par le télescope Spitzer. // Source : NASA/JPL-Caltech/Palomar Digitized Sky Survey (photo recadrée)

Pourquoi ces couleurs bleu et rouge ?

Spitzer est un téléscope qui observe dans le domaine de l’astronomie infrarouge. Ainsi, ses images peuvent mettre en évidence « la présence de poussière chaude, semblable à de la suie, mélangée au gaz », explique la Nasa. Spitzer est équipé de deux détecteurs, qui ont capturé la lumière infrarouge dans deux longueurs d’ondes différentes : leurs détections sont représentées en rouge et en bleu dans l’image ci-dessus. Dans la partie grise de l’image, la combinaison de ces observations permet de voir une seule zone de l’espace, dans plusieurs longueurs d’ondes.

La première image reprise dans cet article, correspondant à des observations en lumière visible, montre la partie de la nébuleuse Californie qui a été imagée par Spitzer. Sur la deuxième image, on peut voir la position d’une galaxie en arrière-plan (encerclée en rouge). Le niveau de détail des observations du télescope est tel qu’il permet de distinguer ses bras spiraux.

Toutes les images obtenues par Spitzer peuvent être consultées sur un site dédié du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa. Les archives du télescope sont aussi mises à la disposition des scientifiques qui souhaiteraient les étudier. Les observations de Spitzer ont déjà permis de faire de nombreuses découvertes et d’observer pour la première fois certains phénomènes.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo