Les naines brunes sont des objets célestes atypiques. Ils sont parfois considérés comme des « étoiles ratées » ou « avortées ». Que signifie cette expression ?

Ni planètes, ni étoiles : les naines brunes sont des astres à part. Récemment, des scientifiques ont identifié un duo de ces « étoiles ratées », dont la longévité est intrigante. Mais, au fait, pourquoi les naines brunes sont-elles parfois surnommées ainsi ?

« Pour comprendre ce qu’est une naine brune, il faut comprendre la différence entre une étoile et une planète », explique la Nasa. Toutes deux sont des astres, qui peuvent apparaitre lumineux quand on les observe dans le ciel (on peut observer des planètes à l’œil nu). Mais la particularité de l’étoile est d’être douée de son propre éclat, provoquée par des réactions de fusion nucléaire. Une planète est un corps qui ne produit pas de la lumière par lui-même.

Une naine brune regrettant d’être une étoile ratée. // Source : Wikimedia/CC/ESO, Twitter (recadrage et modifications Numerama)

Comment se forment les étoiles (pas ratées) ?

Les étoiles se forment lors de la contraction d’un nuage de gaz et de poussières, composé d’hydrogène et d’hélium. La jeune étoile chauffe et la température en son centre devient si importante que l’hydrogène se met à fusionner en hélium. Une énergie importante est libérée grâce à ces réactions nucléaires et l’étoile atteint une sorte d’équilibre. Quant à une planète, elle n’est jamais suffisamment chaude ou lourde pour émettre sa propre lumière. Si on peut voir les planètes dans le ciel, c’est parce qu’elles sont éclairées par une étoile (Vénus, parfois surnommée l’étoile du Berger, n’émet pas sa propre lumière).

« Certaines étoiles sont trop peu massives au moment de leur formation pour permettre à leur cœur d’atteindre la température de fusion thermonucléaire de l’hydrogène  », détaille l’observatoire de Paris. C’est pourquoi ces astres peuvent être considérés comme des « étoiles avortées » ou « ratées ». La taille des naines brunes est comprise entre celle des planètes géantes et des petites étoiles. Selon la Nasa, les objets situés entre 15 et 75 fois la masse de Jupiter sont généralement classés comme des naines brunes par les astronomes. De tels objets n’ont pas la possibilité de réaliser la fusion de l’hydrogène comme une étoile classique.

Des « étoiles ratées » pourtant dignes d’intérêt

Plus de 1 300 naines brunes ont été détectées, indique l’observatoire de Paris. Selon les estimations, la Voie lactée contient une naine brune pour 6 étoiles. Contrairement aux étoiles qui se trouvent sur la séquence principale (pendant la phase de fusion de l’hydrogène en hélium), la luminosité des naines brunes baisse avec le temps.

Si les naines brunes sont affublées d’un triste surnom, il ne faut pourtant pas en déduire que leur connaissance n’a aucun intérêt pour l’astronomie. La Nasa explique que les naines brunes pourraient occuper une importante partie de la masse dans l’univers. Comme elles sont peu lumineuses, ce sont peut-être vers elles qu’il faudrait se tourner pour résoudre enfin l’épineux problème de la masse manquante (une masse dont on soupçonne l’influence mais que l’on n’est toujours pas parvenu à détecter).

Crédit photo de la une : NASA/JPL-Caltech (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux