En août 2019, l'agence spatiale chinoise révélait que son Yutu-2 avait découvert un « gel à l'éclat mystérieux » sur la face cachée de la Lune. Il s'agit en fait... d'un rocher.

Le 3 janvier 2019, un rover chinois du nom de Yutu-2 s’était posé sur la face cachée de la Lune. Il s’agissait du tout premier alunissage robotique de l’histoire sur cette zone de notre satellite. En août dernier, une découverte de Yutu-2 avait attiré l’attention de l’équipe du programme d’exploration lunaire chinois : une substance ressemblant à une sorte de « gel à l’éclat mystérieux ». La communication de l’agence chinoise consistait alors à évoquer une matière vraiment étrange qui n’avait rien à voir avec ce qu’on trouvait ailleurs sur la Lune. Qu’en est-il vraiment ?

La face cachée de la Lune est difficile à étudier, puisque c’est la face que l’on ne voit jamais depuis la Terre et sur laquelle aucune mission habitée ne s’est jamais aventurée. La mission Chang’e-4 visant à explorer cette zone avec un robot est donc importante. Et elle n’a pas tardé à révéler des résultats prometteurs. Le rover Yutu-2 aurait effectivement découvert des roches issues du manteau lunaire, c’est-à-dire la croûte interne de la Lune. Les chercheurs espèrent depuis longtemps étudier de telles roches, qui peuvent nous en dire beaucoup sur l’histoire géologique du satellite. Mais la matière découverte en août, dont on vous avait alors parlé dans Numerama, ne semblait pas correspondre à quoi que ce soit de ce genre.

Au centre, la fameuse substance qui est en fait du verre d’impact. // Source : CNSA/CLEP

En fait, ce serait presque un flop

L’issue de cette découverte pourrait s’avérer bien moins fascinante qu’espéré. Une enquête du magazine Space vient de briser quelque peu la communication de l’agence chinoise : des experts expliquent que le matériau n’est « pas aussi mystérieux que ce que les médias chinois ont annoncé ». Cette analyse est effectuée à partir d’une toute nouvelle image produite par le rover Yutu-2 fin septembre, que vous pouvez voir ci-dessus.

D’après l’expertise des scientifiques, il s’agirait en fait tout simplement de verre formé par l’impact d’une météorite. « La forme des fragments semble assez semblable à celle des autres matériaux de la région », explique à Space Dan Moriarty, du Goddard Space Center de la Nasa. Il n’y aurait rien de nouveau dans cette matière, d’autant plus qu’elle semble finalement similaire à celle découverte par des astronautes lors de la mission Apollo 17 (la dernière mission Apollo, en 1972).

Dan Moriarty a fourni à Space une image avec un contrase plus élevé de la substance, ce qui l’a aidé à mieux l’étudier. // Source : CNSA/CLEP/NASA/GSFC/Dan Moriarty via Space.com

Lorsque des météorites se crashent à une vitesse très élevée, elles génèrent une très forte chaleur et, parfois, l’impact va faire fondre les matériaux touchés. Il en résulte un « verre d’impact » qui peut s’avérer très brillant. En l’occurrence, même si l’on est sur la face cachée de la Lune, cela ne signifie pas qu’elle n’est faite que d’ombre. De la lumière passe. Or, ici, la réfraction des rayons sur la surface lisse et sombre (plus sombre que la roche alentour) se traduit par des petits points lumineux sur les côtés saillants, d’où cette impression purement visuelle d’un gel éclatant.

« On est clairement en train de regarder un rocher »

Dan Moriarty tire ses conclusions d’une analyse approfondie de la nouvelle image fournie par Yutu-2. Bien qu’elle ne soit pas d’une résolution suffisante pour fournir en soi des informations détailles, le scientifique a ajusté les paramètres colorimétriques pour y voir plus clair (ci-dessus). Concrètement, côté composition, il pense que la substance pourrait être un mélange de verre, de brèche et de basalte. Mais quoi qu’il en soit, il confirme que le mystère n’a rien de révolutionnaire : « On est clairement en train de regarder un rocher ».

Crédit photo de la une : Agence spatiale chinoise

Partager sur les réseaux sociaux