InSight arrive enfin à creuser dans le sol martien. À l'aide du bras robotisé de l'atterrisseur, la taupe a retrouvé l'impulsion qui lui manquait. Mais pourquoi est-ce si important de creuser ce trou sur Mars ?

L’atterrisseur InSight parvient enfin à creuser correctement à la surface de Mars, a confirmé la Nasa le 17 octobre 2019. La « taupe » du robot, sa sonde qui doit permettre de capter la chaleur, a réussi à creuser sur une épaisseur d’environ 2 centimètres. Cette avancée peut sembler modeste lorsque l’on sait que la mission InSight a pour objectif de pénétrer dans le sol martien jusqu’à 5 mètres de profondeur.

Pourtant, c’est un réel progrès pour la mission développée par l’Agence spatiale américaine. « La taupe n’avait réussi à s’enfouir que partiellement depuis qu’elle avait commencé à marteler le sol en février 2019 », indique la Nasa dans son communiqué. Pour remédier au problème, il a fallu songer à une toute nouvelle stratégie, testée sur Terre, qui implique le bras robotisé d’InSight.

InSight en train de creuser. // Source : NASA/JPL-Caltech

Lors de la mission, les scientifiques ont découvert que la taupe avait plus de mal que prévu à creuser. « La taupe a besoin de la friction du sol environnant pour pouvoir bouger. Sans cela, le recul provoqué par son action de martèlement la fera simplement rebondir sur place », explique l’Agence spatiale américaine dans son communiqué. Le bras d’InSight, appuyé contre la taupe, permet de corriger ce défaut et d’apporter la friction nécessaire pour que l’appareil puisse creuser dans le sol martien.

Prendre la température de Mars

La taupe d’InSight fait partie de l’instrument HP3 (« Heat Flow and Physical Properties Package ») qui doit permettre de creuser profondément, plus que toute autre sonde ne l’a fait sur Mars. Cet instrument doit servir à mesurer la chaleur à l’intérieur de Mars, pour en déduire la quantité et l’origine. Cette mesure est importante pour les scientifiques qui ont ainsi l’intention d’étudier l’évolution de Mars. Grâce à InSight et cette mesure de chaleur, il pourrait être possible de déterminer « si Mars s’est formé à partir du même matériau que la Terre et la Lune », résume la Nasa sur le site de la mission.

L’instrument Heat Flow and Physical Properties Package. // Source : Flickr/CC/DLR German Aerospace Center

« Nous savons que l’intérieur de Mars n’est pas aussi chaud que celui de la Terre, mais nous n’avons jamais pris la température de la planète », commente Tilman Spohn du Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR), responsable de l’instrument HP3, cité par la Nasa. Découvrir si Mars et la Terre ont le même matériau à l’origine de leur formation est une information précieuse pour l’étude des planètes rocheuses du système solaire (Mercure, Vénus, la Terre et Mars, par opposition aux géantes gazeuses et aux géantes de gaz).

Comme un thermomètre classique

Comme un thermomètre qui prend la température d’un être humain, HP3 devra mesurer celle de Mars, à l’aide de sa taupe. L’appareil doit être plongé à 5 mètres pour que ces mesures ne soient pas influencées par les changements de saison sur la planète. À chaque fois que la sonde aura creusé sur 50 centimètres, elle émettra de la chaleur : cela permettra de voir comment la croûte martienne réagi. C’est ainsi qu’InSight pourrait aider à révéler comment la chaleur se déplace à l’intérieur de la planète Mars.

En attendant qu’InSight creuse plus profondément, l’Agence spatiale américaine profite de sa présence sur Mars pour réaliser de beaux clichés. La Nasa vient de partager la meilleure photo d’InSight prise depuis l’espace.

Partager sur les réseaux sociaux