La NASA et SpaceX ont fait la démonstration de deux procédures d'évacuation en cas de danger pour l'équipage. Il s'agissait de vérifier que les astronautes peuvent être mis en lieu sûr rapidement si un incident survient avant le décollage.

La fin du mois de septembre pour SpaceX a été marquée par deux bonnes nouvelles : il y a eu la fin de l’assemblage de Starship. Il s’agit du vaisseau spatial de l’entreprise américaine, qui sera acheminé dans l’espace grâce à la propulsion assurée par le Super Heavy. Celui-ci constituera le premier étage de la future fusée de SpaceX — Starship étant le second étage de cet ensemble.

Mais il y a aussi eu la réussite d’un important test d’évacuation d’urgence d’une fusée avant qu’elle ne décolle, afin de vérifier que les astronautes à bord puissent prendre la fuite et s’éloigner du pas de tir si jamais le vol est gravement compromis. Cette vérification de la procédure s’est déroulée le 27 septembre au complexe de lancement 39 du centre spatial Kennedy, en Floride.

Falcon 9 Dragon SpaceX
La capsule Dragon au sommet de la fusée Falcon 9. // Source : SpaceX

Une évacuation d’urgence non urgente…

Selon le compte-rendu fourni par la NASA, qui supervisait l’exercice avec SpaceX, les deux astronautes, Shannon Walker et Robert Behnken, ont fait la démonstration de deux méthodes d’évacuation qui permettraient à un équipage de quitter rapidement la tour de lancement à environ 80 mètres d’altitude. Ces deux méthodes d’évacuation sont différentes.

La première, explique l’agence spatiale, est une «  évacuation d’urgence non urgente » (« non-emergency egress », « egress » signifiant « emergency escape »). Il s’agit en fait d’une évacuation normale accélérée. Le test a démarré au moment où les deux astronautes se trouvaient à l’extrémité du bras d’accès de l’équipage, appelé la salle blanche, comme s’il venait de sortir du vaisseau spatial.

Dans cette configuration, qui est suivie s’il n’y a pas de péril imminent pour l’équipage, comme un incendie ou un effondrement du lanceur, les deux astronautes sont redescendus de la tour d’accès en prenant l’ascenseur jusqu’à la base de la rampe de lancement. Une fois en bas, ils ont été récupérés par l’équipe de l’aire de lancement pour être reconduits dans les quartiers de l’équipage.

Évacuation du bras d’accès. // Source : SpaceX

…et une évacuation d’urgence urgente

La seconde procédure consiste cette fois à ramener le plus vite possible l’équipage au sol et à l’éloigner du pas de tir. Cette évacuation d’urgence vraiment urgente part du même point de départ — le bras d’accès de l’équipage –, mais rejoint le plancher des vaches par une sorte de tyrolienne. Le filin métallique supporte une nacelle dans laquelle plusieurs personnes peuvent embarquer.

Plusieurs tyroliennes partent du sommet de la tour et filent en diagonale à plusieurs centaines de mètres distance. Une fois arrivés au sol, l’équipage ainsi que les éventuels techniciens opérant au sommet de l’édifice grimpent dans un véhicule blindé qui les évacue dans un lieu sûr. La NASA précise que pendant toute la procédure, les alarmes et les systèmes d’extinction d’incendie sont activés.

Pour ce test, les deux astronautes sont effectivement montés dans les nacelles, mais ne sont pas descendus avec jusqu’au sol. Les systèmes de largage ont toutefois été vérifiés, mais en utilisant des nacelles lestées qui ont glissé normalement le long du câble jusqu’à la zone d’atterrissage. Ce système de nacelle existait déjà par le passé lors des vols de la navette spatiale américaine.

Partager sur les réseaux sociaux