Le vendredi 6 septembre, un astéroïde passera à environ 7 millions de kilomètres de notre planète. 2019 GT3 est certes classé comme un objet potentiellement dangereux mais son passage ne doit pas vous inquiéter.

Un astéroïde va passer à environ 7 millions de kilomètres de la Terre à 6 heures et 21 minutes du matin le vendredi 6 septembre 2019 (heure de Paris). L’objet, connu sous le nom « 2019 GT3 » mesure environ 370 mètres de diamètre. Il est plus grand que la Tour Eiffel, qui mesure 324 mètres, a souligné International Business Times le 2 septembre 2019.

L’objet est suivi par le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa, depuis sa première observation le 3 avril 2019. Il est classé parmi les astéroïdes Apollon, dont l’orbite autour du Soleil croise celle de la Terre. 2019 GT3 est considéré comme un astéroïde potentiellement dangereux (« Potentially Hazardous Asteroid » ou PHA). Ce vendredi, il sera à environ 0,04996 unité astronomique de la Terre, soit 7 millions de kilomètres — une unité astronomique, soit la distance entre la Terre et le Soleil, est d’environ 150 millions de kilomètres.

Pour se rendre compte de ce qui va se passer vendredi matin, on peut comparer les 7 millions de kilomètres entre la Terre et 2019 GT3 avec la distance entre la Terre et la Lune (384 400 kilomètres). Cette simple comparaison permet de comprendre que les risques d’impact avec l’astéroïde sont en réalité limités.

L’orbite de l’astéroïde 2019 GT3, en blanc. L’orbite de la Terre est en bleu. // Source : Capture d’écran JPL Small-Body Database Browser.

Qu’est-ce qu’un astéroïde potentiellement dangereux ?

Les PHA ont une distance minimale d’intersection de l’orbite (la DMIO, une mesure qui permet d’estimer le risque d’une collision entre des objets) terrestre de 0,05 unité astronomique soit environ 7,5 millions de kilomètres. Autrement dit, les astéroïdes qui ne s’approchent pas plus près de la Terre que cette distance ne sont pas classés comme des PHA. Les PHA ont aussi un diamètre égal ou supérieur à 140 mètres, explique le Center for Near Earth Object Studies (CNEOS, ou « centre d’étude des objets géocroiseurs »).

Selon les données du Jet Propulsion Laboratory, l’astéroïde 2019 GT3 se déplace à une vitesse d’environ 13,6 kilomètres par seconde (soit environ 49 000 kilomètres par heure). Selon International Business Times, l’objet pourrait créer un cratère d’un peu moins de 5 kilomètres de largeur s’il entrait en collision avec notre planète. Mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter : cette situation peu probable vu la distance qui nous sépare de l’objet.

Les objets géocroiseurs (« Near Earth Objects ») connus. // Source : Wikimedia/CC/NASA/JPL-Caltech

Cet astéroïde ne va pas nous « frôler »

Comme nous l’expliquait l’astrophysicien Patrick Michel peu avant le passage d’un autre astéroïde, 2006 QQ23, à 8 millions de kilomètres de la Terre le 10 août dernier, il serait impropre de dire que des objets passant à de telles distance frôlent la Terre. « Tout est relatif, nous indiquait le spécialiste. De quoi parle-t-on quand on parle de frôlement, est-ce que l’objet touche ou perturbe la Terre ? En l’occurence, c’est surtout la Terre qui perturbe l’objet. »

La prochaine fois que l’astéroïde 2019 GT3 repassera dans le voisinage de la Terre, ce sera en 2030, le 20 juin. Il se trouvera alors à 0,0961 unité astronomique de la Terre, soit plus de 14 millions de kilomètres de distance. Son orbite l’amène aussi parfois à se rapprocher (encore une fois, tout est relatif) de celles de Mars et de Jupiter.

Crédit photo de la une : Pixabay (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux