Des scientifiques ont observé les effets du manque d'oxygène chez plusieurs invertébrés marins, dont une espèce de pieuvre. Le système visuel de ces animaux a été influencé par la diminution de la quantité d'oxygène disponible.

Le réchauffement planétaire pourrait risquer de rendre les pieuvres et d’autres invertébrés marins aveugles. Une étude publiée le 24 avril 2019 dans Journal of Experimental Biology montre que la vision de ces animaux est liée à la présence de l’oxygène dans leur environnement. S’ils en manquent, leur vue est entravée.

Les biologistes ont voulu comprendre comment le système visuel de plusieurs animaux marins était influencé lorsque l’oxygène disponible se réduisait. Ils se sont intéressés à la pieuvre à deux points de Californie (aussi connue sous le nom Octopus bimaculatus) ainsi qu’à une espèce de calmar, une autre de crabe et une dernière de crustacé.

Une pieuvre. // Source : Flickr/CC/Alexandre Prevot (photo recadrée)

Un système visuel complexe qui a besoin d’énergie

Lorsque ces animaux ont moins d’oxygène dans leur environnement, les scientifiques ont observé « une diminution de la sensibilité rétinienne à la lumière ». Les systèmes visuels des pieuvres et autres invertébrés marins sont complexes et ont besoin d’un important apport en énergie pour fonctionner. C’est pourquoi ils sont aussi sensibles aux variations de la quantité d’oxygène disponible dans leur environnement (elle dépend elle-même de la profondeur). Une bonne vision est essentielle pour la survie de ces animaux, afin qu’ils puissent capturer leurs proies ou éviter les prédateurs.

Les scientifiques font remarquer que la baisse des capacités visuelles de ces invertébrés est comparable à celle que les mammifères terrestres pourraient connaître s’ils étaient eux aussi privés d’oxygène — par exemple, ce qu’un humain vivrait s’il était élevé du niveau de la mer jusqu’à 2 kilomètres d’altitude.

La présence d’oxygène dans les océans est cruciale pour ces invertébrés. // Source : Pexels (photo recadrée)

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont procédé à un électrorétinogramme (ERG) sur des larves de ces diverses espèces. Cet examen permet de comprendre comme la rétine répond électriquement à la lumière. Une fois absorbée par la rétine, la lumière est convertie en énergie électrique par des cellules spécialisées (en forme de cônes et de bâtonnets). Les auteurs assurent que la vie des animaux n’a pas été mise en cause au cours de cette expérience.

Les océans perdent de l’oxygène

Même lorsque les quantités d’oxygène retirées étaient faibles, les conséquences sur le système visuel des invertébrés marins ont été observées. Il n’est donc pas à exclure que ces espèces soient en danger de devenir aveugles si elles ne trouvent pas suffisamment d’oxygène dans leur environnement. Or, en 2017, une étude publiée dans la revue Nature révélait que les océans du monde avaient perdu 2 % de leur oxygène depuis 1960 (une partie seulement étant expliquée par le réchauffement de l’eau).

D’autres recherches seront probablement nécessaires pour identifier la quantité précise d’oxygène qui pourrait être fatale au système visuel de ces animaux, menaçant alors leur survie dans les océans.

Partager sur les réseaux sociaux