Des astronomes pensent avoir découvert un trou noir intermédiaire en train d'errer dans notre galaxie. Ils ont analysé des formes gazeuses repérées avec le télescope ALMA dans le centre galactique.

Un trou noir serait en ce moment même en train de déambuler dans notre galaxie. Voilà ce que pensent avoir découvert des scientifiques japonais dans une étude prépubliée le 27 décembre 2018 sur arXiv.org.

Les astronomes assurent avoir trouvé des indices de l’existence d’un « trou noir intermédiaire errant dans le centre galactique », c’est à dire dans le centre de rotation du disque de la Voie lactée.

Cette découverte a été rendue possible grâce aux données enregistrées par ALMA en mai dernier. Ce grand réseau de 66 antennes installé au nord du Chili forme un radiotélescope géant chargé d’observer des trous noirs ou la formation des planètes.

Les antennes du réseau ALMA. // Source : ESO/Y.Beletsky (photo recadrée)

Un objet massif dans le centre galactique

Le radiotélescope a permis aux chercheurs de découvrir des « flux de gaz en orbite autour d’un objet massif invisible dans la région centrale de notre galaxie. »

Les scientifiques ont distingué deux formes gazeuses proches, qu’ils ont baptisées « ballon » et « ruisseau » en raison de leur apparence. Ils notent que ces formes semblent provenir d’une même nébuleuse.

Deux formes gazeuses : « ballon » et « ruisseau »

En regardant comment le gaz se déplaçait dans le « ballon » et le « ruisseau », les chercheurs ont soupçonné que ces mouvements étaient liés à un phénomène de gravité autour d’un centre. Ils ont fini par identifier cette « source gravitationnelle massive [cachée] dans le ballon  » et posent l’hypothèse qu’il s’agit d’un trou noir de taille intermédiaire.

Le centre galactique. // Source : Wikimedia/NASA/JPL-Caltech/S. Stolovy (SSC/Caltech) (photo recadrée)

Ces types de trous noirs sont rares

De tels trous noirs peuvent atteindre des milliers de masses solaires. Ils sont plus imposants que les trous noirs stellaires (entre 3 à 5 masses solaires) et moins que les trous noirs supermassifs (au moins un million de masses solaires). Comme le note Space.com, les trous noirs intermédiaires sont aussi plus rares que leurs homologues stellaires et supermassifs.

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques soupçonnent l’existence d’un trou noir de taille intermédiaire dans le centre galactique. Des phénomènes semblables font l’objet de travaux, depuis 2005 et 2016.

D’autres recherches sur les caractéristiques physiques de l’objet pourront peut-être confirmer que cette nouvelle découverte est bien un trou noir de ce type.

Partager sur les réseaux sociaux