Verily, la filiale d'Alphabet dans la santé, cesse ses travaux sur des lentilles de contact intelligentes censées aider les diabétiques. L'évaluation de la glycémie était trop imprécise.

En gestation depuis plus de quatre ans, les lentilles de contact intelligentes capables de servir les diabétiques ne verront finalement pas le jour. Dans un message publié le 16 novembre, Verily — la filiale d’Alphabet dédiée à la santé — a annoncé que ce projet est mis en « pause ». Les travaux sur les lentilles intelligentes vont se poursuivre, mais il ne sera plus question de recherche sur la glycémie.

La raison principale mise en avant par Verily pour expliquer l’arrêt de ce programme est l’inadéquation entre les mesures de concentration de glucose dans le sang et celles dans les larmes. « Nos travaux cliniques ont démontré que nos mesures de corrélation […] n’étaient pas suffisamment cohérentes pour répondre aux exigences d’un dispositif médical », est-il expliqué.

Lentilles contact
Le prototype de lentille de contact intelligente imaginé par Verily. // Source : Verily

« Cette situation était en partie associée aux difficultés d’obtenir des mesures fiables de la glycémie lacrymale dans un environnement aussi complexe que l’œil », poursuit la filiale e-santé du géant américain. Ces problèmes sont pourtant connus depuis des années, fait remarquer The Verge, en pointant sur des papiers de recherche, dont l’un remonte plus de trente ans en arrière, dans les années 1980.

Interrogé à ce sujet par nos confrères, un expert, John L. Smith, auteur d’un rapport sur les méthodes permettant de mesurer la glycémie de manière non invasive (sans une prise de sang, par exemple) et les mirages qui y sont associés, prévenait en début d’année que les larmes « ne sont pas une mesure fiable ». Or, ajoutait-il, « la vie des diabétiques dépend de cette mesure ». Impossible d’être dans l’à-peu-près.

Un projet révélé en 2014

Les ambitions de Verily dans ce domaine ont été rendues publiques début 2014. À l’époque, il était dit que ces lentilles pouvaient déterminer indirectement le taux de glycémie dans le sang, en mesurant la présence du glucose dans les larmes. Les lentilles de contact ont été équipées d’une puce sans fil et d’un capteur dédié, le tout miniaturisé pour pouvoir tenir sur une surface aussi réduite et délicate.

Pratiquement six mois plus tard, un partenariat a été annoncé avec les laboratoires Novartis pour commercialiser ces dispositifs et travailler ensemble sur de nouveaux appareils miniatures à vocation médicale. Et cela, alors même que Verily indiquait qu’il s’agissait d’un programme expérimental sans qu’aucune mise sur le marché ne soit à l’ordre du jour.

Verily assure qu’il ne va pas renoncer « à améliorer la vie des personnes atteintes de diabète »

Une remise en question du projet a eu lieu fin 2016, lorsqu’il a été décidé de reporter à une date indéterminée les essais cliniques sur les humains. « Il est trop tôt pour dire quand exactement des essais cliniques vont commencer », avait déclaré une porte-parole. « Il s’agit d’un processus très complexe sur le plan technique et les deux parties apprennent à mesure que nous progressons ».

Et maintenant ? Malgré cet échec, Verily assure qu’il ne va pas renoncer « à améliorer la vie des personnes atteintes de diabète ». L’entreprise évoque ainsi l’amélioration des méthodes de détection du glucose pour les rendre abordables financièrement et discrètes. Sont ainsi évoqués deux grands projets, l’un avec Dexcom, l’autre avec Onduo, autour de glucomètres miniaturisés.

Partager sur les réseaux sociaux