À proximité de Jupiter, le satellite Europe a été approché par la sonde Galileo en 1997. Plus de vingt ans après l'enregistrement des données, les scientifiques confirment que l'astre pourrait bien posséder un panache d'eau, voire un océan.

La mystérieuse Jupiter n’a pas fini d’intriguer les scientifiques. Les cyclones et vents observables à sa surface étonnent, de même que le scintillement bleu électrique de la planète gazeuse, qui s’avère aussi être la plus vieille de notre système solaire. La dernière découverte en date concerne l’un des satellites naturels de Jupiter, Europe.

Un article publié le 14 mai 2018 dans la revue Nature fait état d’une nouvelle avancée de la Nasa, permise par la sonde spatiale Galileo dont la mission s’est achevée en 2003. Plus d’une décennie après, la sonde spatiale permet d’avancer sur une hypothèse : de l’eau s’échapperait de la surface d’Europe.

Un panache d’eau

En 1997, Galileo est passé à proximité d’un geyser d’Europa : c’est cette information qui, plus de vingt ans plus tard, a été découverte par les scientifiques de la Nasa. Ils peuvent ainsi, pour la première fois, disposer d’une mesure enregistrée à proximité de l’un des panaches d’eau de la lune.

« Nous apportons des preuves in situ d’un panache sur Europe, à partir du champ magnétique et des observations des ondes de plasma récoltées lors de la rencontre la plus proche de Galileo avec la lune », résument les auteurs de l’article.

Nature

La sonde, passée à moins de 400 kilomètres de la lune, a enregistré la présence d’ondes de plasma localisées. Selon les scientifiques, ces données sont compatibles avec l’hypothèse selon laquelle Europe possède un panache d’eau.

Jusqu’alors, seul le télescope spatial Hubble de la Nasa avait permis de soulever cette possibilité : en 2012 puis 2016, il avait immortalisé des images laissant deviner que de l’eau s’échappait du satellite. Cependant, les clichés étaient trop flous pour être considérés comme des preuves suffisantes.

Les clichés pris par Hubble étaient trop flous pour servir de preuve

Les observations de Galileo devraient apporter davantage de crédit à l’hypothèse selon laquelle les panaches d’Europa proviennent d’un océan d’eau salée, dissimulé sous son manteau lunaire.

Le panache repéré sur le satellite permettrait d’étudier cet océan, au sein duquel les scientifiques n’excluent pas de rechercher si une forme de vie est possible.

Partager sur les réseaux sociaux