ArianeGroup annonce que la nouvelle version du moteur-fusée Vulcain, qui propulsera Ariane 6, a passé son premier test avec succès.

Bonne nouvelle pour les projets spatiaux de l’Union européenne : le premier test de la nouvelle version du moteur-fusée Vulcain, qui sera chargé de propulser le nouveau lanceur Ariane 6 à partir de 2020, s’est déroulé avec succès. C’est ce qu’a annoncé ArianeGroup, la coentreprise entre Airbus et Safran. Le test s’est tenu en Allemagne, à l’institut de propulsion spatiale situé à Lampoldshausen.

Le moteur-fusée Vulcain 2.1 doit servir à propulser l’étage principal du lanceur Ariane 6.

Cette déclinaison est « spécialement adaptée pour l’étage principal d’Ariane 6 afin de simplifier sa production et réduire ses coûts. Pour atteindre ces objectifs, le moteur intègre des technologies telles qu’un générateur de gaz construit par impression 3D, une buse divergente simplifiée et un réchauffeur d’oxygène pour la pressurisation des réservoirs », explique la société.

D’autres tests sont programmés, sur ce moteur-fusée comme sur les autres pièces du lanceur. L’objectif pour l’Europe est de procéder au premier vol d’Ariane 6 mi-2020. Aussi les partenaires industriels chargés de la conception, de la fabrication et de l’exploitation du futur lanceur Ariane 6 ont-ils donné leur feu vert pour lancer sa construction. En parallèle, le chantier de son pas de tir se poursuit.

La carrière du moteur-fusée Vulcain 2.1 devrait durer une dizaine d’années, dans la mesure où l’Agence spatiale européenne et ArianeGroup regardent déjà en direction de la prochaine génération. Les deux parties ont signé mi-décembre un accord pour la conception de deux démonstrateurs des moteurs qui équiperont les lanceurs européens vers 2030. C’est le projet Prometheus.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.