Dans la nuit du 7 au 8 janvier 2018, SpaceX a lancé une fusée Falcon 9, qui devait mettre en orbite le satellite Zuma. Si le lanceur est bien retourné sur Terre, certaines rumeurs laissent entendre que la mission est un échec, car le satellite serait perdu.

La conquête de l’espace est un long parcours semé d’embûches. SpaceX se moquait volontiers de ses propres déboires dans une récente vidéo, compilant plusieurs de ses crashs. Néanmoins, les conséquences d’une erreur prêtent moins à sourire lorsque les pertes s’élèvent à des millions de dollars — la Russie en a récemment fait l’amère expérience, d’autant plus que l’erreur aurait pu être évitée.

Dans la nuit du 7 au 8 janvier 2018, SpaceX a procédé au lancement de sa mission Zuma depuis le complexe de lancement 40, situé au nord de Cape Canaveral en Floride. Après la séparation de l’étage, la fusée Falcon 9 est retournée avec succès sur Terre, pour se poser dans la zone d’atterrissage de la base américaine. L’entreprise d’Elon Musk a réalisé ce lancement pour le compte d’une agence gouvernementale, dont l’identité est gardée secrète.

Zuma aurait été réduit en poussière

Or, plusieurs sources évoquent la possibilité que le satellite Zuma n’ait pas connu un sort aussi favorable que son lanceur. Dès le 8 janvier, la rumeur courait, selon laquelle le satellite Zuma ne serait jamais arrivé à bon port ; pire encore, il serait redescendu vers la Terre, rapidement réduit en poussière lors de son contact avec notre atmosphère.

En raison du secret qui entoure le mystérieux bénéficiaire de cette mission, SpaceX n’a pas retranscrit intégralement le lancement de son appareil. Contrairement à ses habitudes, l’entreprise n’a pas montré l’étape de la séparation du satellite avec son lanceur, ni son déploiement.

Aucun nouveau satellite en orbite

Plus étonnant encore, ni SpaceX, ni Northrop Grumman, le fabricant du satellite, n’ont confirmé ensuite que le satellite avait bien été déployé.

Or, si l’on en croit les informations diffusées par Bloomberg, le United States of Strategic Command — dépendant du Département de la défense des Etats-Unis, et chargé de la surveillance de plus de 23 000 objets spatiaux — indique n’avoir repéré aucun nouveau satellite en orbite autour de notre planète depuis ce lancement.

« Nous n’avons rien à ajouter à l’inventaire des satellites pour le moment  », a commenté Brook DeWalt, responsable des affaires publiques de l’US of Strategic Command, en répondant à une sollicitation du média par email.

Une déclaration qui ne correspond pas à une autre version des faits, selon laquelle l’US of Strategic Command aurait constaté la présence d’un objet, juste après le lancement de SpaceX. Identifié sous le nom USA 280, l’objet a été été ajouté à l’inventaire du site Space-Track.org.

SpaceX

Par ailleurs, deux collaborateurs du Congrès et une source officielle, qui indiquent être proches de la mission Zuma, ont déclaré sous couvert d’anonymat que le second étage de la fusée n’avait pas rempli sa mission. Les scénarios évoqués diffèrent : tandis que l’une des sources avance la disparition du satellite, l’autre assure que le satellite et le deuxième étage du lanceur sont tombés dans l’océan.

James Gleeson, porte-parole de SpaceX, a répondu à ces rumeurs : « Nous ne commentons pas des missions de cette nature ; mais pour le moment l’analyse des données indique que le Falcon 9 a fonctionné normalement. » Cette déclaration laisse entendre que la fusée a bien effectué les missions qui lui étaient dévolues, à savoir le lancement, la séparation de ses deux étages et le déploiement du satellite sur l’orbite annoncée.

« Nous n’avons même pas la certitude que ce soit un échec »

Joint par nos soins, le journaliste américain Peter B. de Selding, spécialisé dans le domaine de l’espace pour Space Intel Report, invite à considérer ces hypothèses avec prudence. « Nous n’avons même pas la certitude que ce soit un échec. Si c’est le cas, il y a deux principales théories : soit le satellite est tombé dans l’eau avec le deuxième étage, et donc c’est un problème de séparation entre le satellite et le lanceur  ; soit le satellite a été livré en orbite mais il a connu un problème après la séparation du lanceur  », nous explique-t-il.

Si un problème s’est effectivement produit, l’enjeu portera probablement sur le moment auquel il est survenu : lors de la séparation des étages de la fusée, ou en amont du lancement ? « Il faudra attendre quelques semaines pour en savoir plus, le temps que l’orbite du satellite soit visible dans l’hémisphère nord  », poursuit notre confrère.

Northrop Grumman n’a fait aucun commentaire sur le sujet. De son côté, SpaceX a publié plusieurs photos du lancement, évoquant même sur Twitter que « l’étape de la séparation » avait bien eu lieu. Pour l’instant, les deux prochains lancements de SpaceX, prévus le 30 janvier depuis la base de Cape Canaveral et la Vandenberg Air Force Base, ne semblent donc pas compromis par la mission Zuma.

Partager sur les réseaux sociaux