Annoncée à un prix de 100 dollars seulement, la Peachy Printer est la première imprimante 3D grand public à utiliser un système très ingénieux de photolithographie.

Jusqu’à présent, les projets d’imprimantes 3D destinées au grand public cherchaient à rivaliser par une baisse des prix, ou par l’ajout de fonctionnalités étendant les possibilités de création et de copie. Toutes ou presque sont basées sur le même concept de fabrication additive par superpositions de couches de plastiques, et sont conçues à partir de déclinaisons du modèle open-source RepRap. C’est ensuite à qui réussira à faire mieux et moins cher, en gardant ces fondamentaux.

L’ingénieur canadien Rylan Grayston, lui, a eu une approche radicalement différente, qui fait de la Peachy Printer l’imprimante 3D la plus révolutionnaire du moment. Et surtout la plus originale, avec un prix visé de seulement 100 $.

Plutôt que d’utiliser un extrudeur de plastique ABS ou PLA, la Peachy Printer utilise le système de la photolithographie pour solidifier une résine photosensible liquide en utilisant un rayon laser qu’il faut diriger aux bons endroits. La résine étant moins dense que l’eau, il suffit ensuite de faire remonter progressivement le niveau d’eau dans le réservoir pour solidifier l’objet voulu couches après couches.

Mieux. Pour limiter au maximum le coût de son imprimante, Grayston a l’idée très ingénieuse d’utiliser les moyens du bord plutôt que de refaire un circuit électronique dédié. Ainsi l’imprimante est directement branchée sur la prise casque de l’ordinateur, et les miroirs qui dirigent le faisceau laser sont orientés grâce à l’onde sonore. Plus il y a de volume, plus il y a de voltage envoyé aux moteurs des miroirs, qui bougent en conséquence. De même, pour savoir quelle « couche » créer, l’imprimante envoie un signal sonore vers la prise micro du PC à chaque fois qu’une goutte d’eau tombe dans le réservoir, simplement parce que la goutte fait conducteur au moment où elle tombe. Le logiciel calcule alors en conséquence le niveau d’eau et donc la couche qu’il doit solidifier.

Le logiciel de pilotage de l’imprimante est quant à lui un script sous Blender, un outil de modélisation 3D open-source.

Comme souvent avec l’impression 3D, le projet présenté sur Kickstarter connaît un succès fulgurant, avec déjà plus de 200 000 dollars levés auprès des internautes, contre 50 000 projetés initialement. Il reste encore 27 jours de financement.

https://youtube.com/watch?v=80HsW4HmUes%3Ffeature%3Dplayer_embedded

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !