Le télescope spatial Hubble a atteint un âge très honorable. S’il est toujours actif, des dysfonctionnements sont régulièrement rapportés. Il y en a eu un de plus fin mai. La Nasa est sur le coup pour rétablir l’observatoire. La science, en attendant, est en pause.

À 34 ans, on est normalement dans la force de l’âge. Pour un satellite ou un observatoire spatial, en revanche, on fait figure d’ancêtre. Pour autant, ce n’est pas nécessairement le temps de la retraite. La preuve avec Hubble, qui est encore en fonctionnement plus de trois décennies après son lancement. Cela étant, son grand âge lui joue de plus en plus des tours.

On vient de le voir récemment avec une défaillance rencontrée sur l’un des trois gyroscopes encore en état de marche. Des données télémétriques « erronées » ont été constatées, déclenchant la bascule automatique de l’engin dans le mode de fonctionnement sans échec. Le problème, décelé le 24 mai, était toujours en cours le 4 juin.

Hubble peut continuer à fonctionner

Une perte de ce gyroscope ne serait pas dramatique pour Hubble. Dans le pire des scénarios, un seul pourrait suffire pour le télescope spatial. D’où le commentaire optimiste de l’agence spatiale américaine (Nasa), qui estime que le vénérable observatoire sera toujours actif au cours de la décennie en cours, et peut-être même la suivante.

Un gyroscope est un appareil indispensable pour un engin comme Hubble : il permet de déterminer dans quelle direction le télescope est orienté. Il peut aussi aider à calculer à quelle vitesse il effectue une rotation. Lors de la toute dernière mission de maintenance sur Hubble, six gyroscopes avaient été installés pour prolonger sa durée de vie.

Au fil du temps, hélas, les pannes se sont accumulées. Trois sont hors service et les trois restants rencontrent aussi ponctuellement des anomalies. Un problème identique avait été signalé en décembre 2023 par la Nasa. Ce type d’incident est amené à se répéter dans les mois à venir, et peut-être à un rythme de plus en plus marqué.

Le télescope spatial Hubble. // Source : Nasa
Le télescope spatial Hubble a besoin d’au moins un gyroscope fonctionnel pour demeurer opérationnel. // Source : Nasa

Plus aucune intervention sur place n’a eu lieu depuis 2009 — les corrections se font désormais à distance, avec des modifications logicielles. Des plans sont toutefois envisagés pour aider Hubble. Il a été question de mettre sur pied une mission pour remonter un peu l’altitude de l’observatoire. Celle-ci pourrait avoir lieu en 2025.

Hormis l’anormalité d’un des trois gyroscopes, la Nasa signale que tout le reste fonctionne bien : les instruments sont opérationnels, le télescope est stable. Un nouveau point de situation doit être donné très prochainement par l’agence spatiale américaine. En attendant, il y a toujours James Webb pour faire vivre la science.

James Webb, qui a commencé ses opérations à l’été 2022, est le principal successeur de Hubble. Comme lui, il travaille dans la lumière visible ainsi que dans l’infrarouge. Il a d’ailleurs des capacités plus étendues : là où Hubble ne couvre que le proche infrarouge, James Webb intervient aussi dans l’infrarouge moyen.

Mais Hubble a encore un atout que le JWST n’a pas : l’observation dans l’ultraviolet.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.