Sa mission ne devait durer que 15 ans, il est encore là 31 ans plus tard. Et depuis 2009, aucun astronaute n’a touché le télescope Hubble. La Nasa a cependant encore réussi, à plusieurs reprises en 2021, à le réparer.

Encore une fois, la Nasa est parvenue à résoudre une panne rencontrée par le télescope spatial Hubble. Tous les instruments scientifiques de l’observatoire sont fonctionnels depuis le 6 décembre 2021. L’agence spatiale tâtonnait afin de relancer Hubble, qui avait rencontré un souci au niveau des messages de synchronisation dans ses communications internes, fin octobre.

Les instruments ont été progressivement relancés, évidemment à distance puisque la Nasa n’organise plus de mission de maintenance de son observatoire. À cinq reprises depuis son lancement, Hubble a fait l’objet de « Servicing Missions », qui ont eu lieu entre 1993 et 2009. Des astronautes étaient alors envoyés à bord de la navette spatiale, pour un rendez-vous en orbite terrestre avec le télescope, de façon à l’entretenir et changer des composants. Depuis plus de 10 ans, plus aucune main humaine n’a donc touché Hubble, mais il fonctionne toujours.

Hubble pendant une mission de maintenance en 2002. // Source : Flickr/CC/Nasa Goddard Space Flight Center (photo recadrée)
Hubble pendant une mission de maintenance en 2002. // Source : Flickr/CC/Nasa Goddard Space Flight Center (photo recadrée)

L’impressionnante longévité de Hubble

La longévité du télescope est une prouesse : cela fait 31 ans que Hubble est dans l’espace (alors que sa mission devait initialement durer 15 ans), pour observer le cosmos et obtenir de magnifiques images. Cela ne s’est évidemment pas fait sans difficulté. Avant la dernière panne de l’observatoire, une situation inédite s’est produite pour Hubble en juin 2021 : c’est son ordinateur de bord qui a rencontré un souci. Les instruments n’étaient pas endommagés, mais étaient de ce fait inutilisables.

La Nasa a finalement décidé de faire basculer l’observatoire sur son ordinateur de bord de secours, ce qui devrait encore repousser la longévité de Hubble, qui reste néanmoins en sursis. Il n’est pas exclu qu’un autre instrument puisse lâcher avant l’ordinateur de bord de secours, notamment les très sensibles gyroscopes — indispensables pour orienter le télescope vers les zones du ciel à étudier. Sur les six gyroscopes de Hubble, trois sont hors service. Si un quatrième lâche, cela commencera à devenir compliqué d’orienter Hubble. Au cinquième, ce sera tout simplement la fin.

De manière générale, les équipements de Hubble vieillissent et perdent en sensibilité. Mais la Nasa a démontré, à deux reprises cette année, qu’elle avait encore des ressources pour réparer son observatoire à distance. Il faut dire que l’agence a encore de beaux projets pour Hubble : avec le lancement du futur James Webb (JWST) prévu pour le 22 décembre 2021, il serait très intéressant de disposer des deux observatoires spatiaux en même temps, car leurs observations seront complémentaires. Tiens bon, Hubble !