Face à la panique des punaises de lit, beaucoup se demandent quels sont les risques. Ceux-ci restent minces pour la santé, mais peuvent tout de même avoir de lourdes conséquences, raison pour laquelle la détection et l’action doivent avoir lieu tôt.

Les punaises de lit sont les célébrités de cette rentrée. En cause, leur recrudescence : entre 2017 et 2022, le nombre d’infestations a grandi. Les inquiétudes sont donc en partie fondées, puisque les risques sont effectivement plus élevés qu’avant. Malgré tout, on ne peut renier une forme de panique ambiante : sur les réseaux sociaux, beaucoup font part d’une angoisse croissante, au point d’hésiter, par exemple, à s’asseoir sur les sièges du métro.

Pas de risques de maladie

Soyons clair sur les risques sanitaires à proprement parler : les punaises de lit ne transmettent pas de maladies. Plusieurs études ont confirmé que ces insectes ne sont pas une source de contamination à des pathogènes humains.

On repère la présence de punaises de lit notamment aux traces noires qu'elles laissent sur leur passage autour du lit. Ce sont leurs déjections. // Source : Canva
On repère la présence de punaises de lit notamment aux traces noires qu’elles laissent sur leur passage autour du lit. Ce sont leurs déjections. // Source : Canva

Puisqu’elles sucent le sang, elles causent principalement des irritations et des démangeaisons, similaires aux effets de piqûres de moustiques. La gravité de la réaction physiologique peut toutefois varier d’une personne à l’autre. « Elles sont principalement connues pour les atteintes dermatologiques et allergiques qu’elles occasionnent, allant de la simple piqûre à des manifestations généralisées pouvant s’apparenter à une urticaire », résume le site du ministère de la Santé.

Le nombre de piqûres peut aussi avoir un impact. « La sensibilité d’une personne peut s’accroître si le nombre de piqûres augmente. En cas d’infestation sévère, les punaises de lits peuvent être aussi sources de troubles psychologiques variés, voire aussi d’anémie. »

C’est l’une des raisons pour lesquelles, en cas d’infestation, il faut réagir vite : l’infestation elle-même n’est pas grave quand elle se présente, mais elle peut s’aggraver. L’anémie (baisse anormale d’hémoglobine dans le sang) est une conséquence extrêmement rare.

Ce sont surtout les troubles psychologiques qu’il ne faut pas négliger. Les punaises de lit interviennent, en effet, dans un espace spécifique dans l’intimité, qui sert de refuge : le lit. De fait, une infestation de longue durée peut créer des insomnies ou favoriser de l’anxiété. S’y ajoute le poids social : les victimes de ces infestations n’osent pas en parler de peur d’être perçus comme des pestiférés (or, les punaises de lit ne sont absolument pas liées à l’hygiène et il est très difficile de « contaminer » d’autres personnes). Selon l’entomologiste Jerome Goddard, qui s’exprimait en 2022 dans The Conversation, l’impact sur la santé mentale pourrait être le plus gros impact des punaises de lit.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !