À Angers, un patient a été opéré fin janvier pour la toute première fois d’une tumeur au cerveau en portant un casque de réalité virtuelle. Il s’agissait pour le neurochirurgien de mieux cartographier le cortex avant l’intervention.

La réalité virtuelle sera-t-elle une technologie incontournable dans le domaine médical ? En tout cas, les projets mettant en œuvre ce type de simulation fleurissent. Aux USA, un chirurgien et son équipe ont pu opérer un bébé né avec une malformation du cœur grâce au Google Cardboard. Au Japon, le spécialiste des solutions optiques a lancé un casque pour les opticiens.

Et la France, dans tout ça ? Elle est loin d’être en reste. On sait par exemple qu’un médecin psychiatre pratiquant à Marseille utilise la réalité virtuelle avec ses patients en situation de stress, pour les confronter à leurs phobies (de la foule, des espaces confinées, etc). Mais l’utilisation la plus spectaculaire est sans doute celle que vient de réaliser l’équipe neurochirurgicale du CHU d’Angers.

Samsung Gear VR

Un casque de réalité virtuelle.

En effet, un casque de réalité virtuelle a été employé lors d’une opération visant à retirer une tumeur cérébrale. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas le praticien qui portait l’appareil, mais bien le patient. Le but ? Faire en sorte que la réalité virtuelle active certaines zones du cerveau, afin d’établir une cartographie plus précise du cortex, et faciliter ainsi le travail du neurochirurgien.

Chirurgie éveillée du cerveau

L’utilisation de la réalité virtuelle dans ce cas de figure consiste en fait à pousser plus loin encore le principe de la chirurgie éveillée du cerveau. Cette technique permet de traiter des tumeurs situées dans les zones fonctionnelles du cerveau, explique l’assistance publique des hôpitaux de Marseille. en les rendant opérables tout en réduisant les risques de provoquer des séquelles neurologiques.

La chirurgie éveillée du cerveau évite ainsi de dégrader des fonctions essentielles, comme le langage et la motricité, en sollicitant le cortex. Le cerveau est stimulé par une électrode tandis qu’une interaction avec le patient, éveillé à ce moment-là, a lieu avec l’équipe neurochirurgicale, pour cartographier avec exactitude le cerveau et permettre ainsi au praticien de viser au plus juste.

En ajoutant de la réalité virtuelle dans le cadre de la chirurgie éveillée du cerveau, le but est d’aller plus loin dans la préservation des fonctions critiques du cortex. En l’occurrence, puisque la tumeur se trouvait située à proximité du siège du langage et des connexions visuelles, l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle — un Oculus Rift — s’avérait utile pour solliciter aussi les yeux.

Solliciter différemment le cerveau

Comme l’explique le site Réseau-CHU, qui rapporte la nouvelle, le patient avait déjà perdu l’usage d’un œil à cause d’une malade ophtalmologique. Il était donc indispensable de sauver son champ de vision pour ne pas l’handicaper lourdement au quotidien. C’est la raison pour laquelle le projet CERVO (Chirurgie Éveillée sous Réalité Virtuelle dans le bloc Opératoire) existe.

L’usage de la réalité virtuelle offre d’autres avantages. Elle peut créer un environnement apaisant pour le patient, voire distrayant, alors qu’il subit une opération neurochirurgicale en étant éveillé, ce qui, on peut le comprendre, est relativement stressant. En particulier, cela peut être très utile en cas d’intervention sur un enfant, en lui projetant un univers virtuel sympathique, mais bien sûr utile à l’opération.

Et surtout, le projet CERVO est prometteur puisqu’il est susceptible de solliciter des zones du cortex qui ne pouvaient pas jusqu’à présent être cartographiées efficacement avec les méthodes classiques de la chirurgie éveillée du cerveau. Des limites que la technologie permet aujourd’hui de dépasser, même dans des cas où la tumeur est située dans une région sensible qui pourrait entraîner un handicap sérieux.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !