Les images satellites montrent comment les vents portent vers l’Europe les nuages issus d’importants feux de forêt de l’Amérique du Nord. Avec eux, des particules issues des incendies sont transportées.

On se souvient encore des images quasi post-apocalyptiques de New York, plongée dans une brume jaune-orange début juin 2023. En cause, les incendies ayant lieu au Canada, provoqués par le mélange entre une canicule et une importance sécheresse. Les vents les ont transportés jusqu’à la côte ouest-américaine. Mais, leur voyage va se poursuivre bien plus loin, jusqu’à nous, fin juin.

C’est ce que plusieurs météorologistes ont repéré, en partageant plusieurs simulations de la progression des vents. Ce que confirme le média canadien MeteoMedia le 24 juin. Sur les cartes, on peut effectivement voir que les vents portant les fumées des incendies traversent l’Atlantique nord, pour voguer progressivement vers la France.

Les vents portent les fumées vers l’Europe

« En raison du changement d’orientation du vent à partir de lundi sur l’Europe occidentale, les #fumées des #incendies québécois concerneront également une partie de la France », explique ainsi le météorologiste Guillaume Séchet.

Fumées des incendies dirigées vers la France. // Source : Via Twitter @Meteovilles
Fumées des incendies dirigées vers la France. // Source : Via Twitter @Meteovilles

« Un monstrueux nuage de cendre des forêts canadiennes est en train de traverser l’Atlantique », indique quant à lui Serge Zaka, météorologiste connu pour son travail de vulgarisation climatique, notamment, sur Twitter. Il se dit « étonné » par la densité du nuage, visible depuis l’espace. Celui-ci devrait nous atteindre d’ici à quelques heures, indiquait-il dimanche soir.

Le problème, c’est bien que les nuages venus du Canada devraient porter avec eux les « aérosols » issus de la flambée de la biomasse, dans les forêts canadiennes. En clair, les particules de cendre. De fait, reste à savoir quelles en seront les conséquences, notamment sur la qualité de l’air, car la concentration en particules est actuellement très élevée dans certaines régions du Canada.

À la mi-juin, un article du New Scientist supposait que les importants incendies durables en Amérique du Nord pourraient provoquer la formation de cirrus, un type de nuages qui circule dans la haute atmosphère terrestre. Ce qui pourrait avoir des répercussions au long terme sur le climat si la situation durait trop longtemps.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.