Dans les bras de Morphée, nous ne faisons pas que rêver. Parfois, notre cerveau nous fait peur avec des cauchemars.

Il est tout à fait normal d’être effrayé par un rêve. Mais notre cerveau n’élabore pas de plans secrets pour nous faire peur avec des cauchemars.

Autrefois, beaucoup de gens pensaient que les rêves étaient une fenêtre ouverte sur un autre monde. Les gens vivaient deux vies inséparables : l’une dans un monde éveillé et l’autre dans un monde de rêve.

Ils pensaient que le monde des rêves contenait un mélange de passé et d’avenir, de dieux et de déesses, et qu’il aidait les gens à trouver un but à leur vie. Ces rêves révélaient souvent de nouvelles idées, faisaient rencontrer de nouvelles personnes, pas forcément bienveillantes, ce qui explique pourquoi certaines personnes les trouvaient effrayants. D’autres y voyaient un signe ou une prophétie des dieux.

Diamants sur canapé sommeil chat dormir
Source : Diamants sur canapé

Un langage spécial du cerveau ?

Lorsque les scientifiques ont commencé à étudier les rêves, il y a environ 200 ans, ils pensaient que les rêves étaient un type particulier d’histoire que le cerveau se racontait à lui-même. Ils pensaient qu’il s’agissait d’un langage spécial dans lequel les idées et les émotions étaient expliquées à l’aide de symboles et de signes. Dans cet état de rêve, différentes parties du cerveau discutaient entre elles.

Imaginons que vous rêvez que votre maison est endommagée, cette dernière était censée représenter le rêveur et le cerveau essaye de vous dire que vous ou votre ego avez été endommagé. Le Dr Sigmund Freud, considéré par beaucoup comme le fondateur de la psychanalyse, a écrit en 1900 un livre très célèbre sur les rêves intitulé « L’interprétation des rêves ».

Il y a une centaine d’années, les gens ont commencé à expliquer les choses de manière plus approfondie grâce à la science et à la technologie. Cela a permis de comprendre différemment ces processus. Mais cela ne signifie pas que la façon dont leurs ancêtres expliquaient les rêves était nécessairement erronée.

Selon les scientifiques, il existe deux types principaux de sommeil, et les rêves se produisent pendant une phase appelée sommeil paradoxal. En anglais on le nomme Rapid Eye Movement (mouvements rapides des yeux) parce qu’à ce moment de la nuit, les gens bougent rapidement leurs yeux d’avant en arrière. C’est pendant cette phase de la nuit que nous rêvons.

Un chat endormi. // Source : Pxhere/Domaine public (photo recadrée)
Un chat endormi. // Source : Pxhere/Domaine public (photo recadrée)

Si vous observez des chats ou des chiens en train de dormir, vous verrez parfois leurs yeux bouger et leurs pattes s’agiter. Cela indique qu’ils sont en phase de sommeil paradoxal et qu’ils pourraient peut-être rêver. Mais nous ne savons pas vraiment à quoi rêvent les chats et les chiens, car ils ne peuvent pas nous le dire.

L’autre grand type de sommeil est le sommeil non paradoxal, appelé sommeil profond ou sommeil lent. Dans ce type de sommeil, les personnes dorment très profondément. Mais elles ne semblent pas rêver à ce moment-là.

Une mécanique encore mal comprise

Au cours des 50 dernières années, certains scientifiques ont cru que le rêve était la façon dont le cerveau décidait chaque jour de ce qu’il fallait garder et de ce qu’il fallait jeter. D’une certaine manière, c’est comme si vous faisiez le ménage dans votre chambre : votre cerveau décide de ce que vous avez besoin de savoir et met à la poubelle ce qui n’est pas important.

Les scientifiques pensent que les enfants ont plus de mal à séparer le monde de l’éveil et le monde du rêve et qu’ils confondent souvent les deux.

Les cinéastes ont porté cette confusion à l’écran à maintes reprises au fil des ans. De nombreux films traitent de la façon dont les rêves peuvent nous effrayer et nous troubler.

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses personnes se demandent pourquoi les rêves sont effrayants. La vérité, c’est que nous n’en sommes pas certains.

Ce que nous savons, c’est que tout le monde rêve, et que tout le monde pense que les rêves peuvent être bizarres, effrayants et parfois déroutants. Nous pourrions partager la capacité de rêver avec tous les animaux à sang chaud, et il est donc probable que cette capacité joue un rôle important dans notre santé.

Je suppose que tout le monde essaie de donner un sens à ses rêves, même les scientifiques. Mais nous sommes toujours incapables de voir à l’intérieur du cerveau d’une autre personne pour savoir de quoi elle rêve. Et c’est probablement une bonne chose.

The conversation logo

Drew Dawson, Director, Appleton Institute, CQUniversity Australia

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.